Quotidien des Usines

Décision reportée au 10 juillet pour la reprise de Goss France par Goss

, , , ,

Publié le

Le tribunal de commerce de Compiègne (Oise) a reporté sa décision sur la reprise du fabricant de rotatives par son propre groupe, via une entité néerlandaise.

Décision reportée au 10 juillet pour la reprise de Goss France par Goss © Goss International

Le fabricant de rotatives Goss France connaîtra son sort le 10 juillet. Le tribunal de commerce de Compiègne (Oise) demande à sa maison mère des précisions sur son projet de maintenir 123 emplois, sur un total aujourd'hui de 430 dont 110 à Nantes (Loire-Atlantique) et le reste à Montataire (Oise).

Le projet du groupe américain, lui-même propriété du chinois Shanghai Electric, est de reprendre, via une filiale néerlandaise créée récemment, son entité française en redressement judiciaire depuis le 3 avril 2013. Ce plan implique la fermeture de l'usine d'assemblage de Montataire. Le groupe ne conserverait en France qu'une activité de service après-vente et de bureau d'études. Goss ne maintiendrait que 104 emplois immédiatement et 19 par la suite . Une proposition floue pour les juges, qui ont demandé des précisions.

Selon la CGT, la décision ne peut être rendue tant que le comité d'entreprise ne s'est pas prononcé sur l'offre et le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). Des discussions en CCE doivent reprendre vendredi 5 juillet à Montataire. Goss aurait l'obligation de relocaliser les équipes maintenues dans un rayon de 7 kilomètres autour de Nantes et de 40 kilomètres autour de Montataire.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte