Déchets radioactifs : l'Andra accusée d'avoir sous-estimé le potentiel géothermique du site de Bure

L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a-t-elle bâclé les études nécessaires à la connaissance du potentiel géothermique du sous-sol de Bure, voire minimisé volontairement, dans l’optique de favoriser l’implantation du site de stockage des déchets radioactifs CIGEO ?  C’est ce que pensent plusieurs associations antinucléaires qui demandent la condamnation "symbolique" de l’Andra pour "faute".

Partager
Déchets radioactifs : l'Andra accusée d'avoir sous-estimé le potentiel géothermique du site de Bure
Le laboratoire souterrain, intallé à 500 mètres de profondeur, spécialisé dans l'étude sur le stockage de déchets nucléaires de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).Bure le 31/01/2006 François Bouchon / Le Figaro

Le potentiel géothermique du sous-sol de Bure, aux confins de la Haute-Marne et de la Meuse, a-t-il été sous-estimé pour faciliter l'implantation du centre de stockage de déchets radioactifs ? C'est la question qui a été posée lundi 5 janvier par le tribunal de Nanterre, et pour laquelle le délibéré sera rendu le 26 mars.

Un site sans rien d’exceptionnel selon l’Andra

Le choix d’implantation du centre de stockage de déchets radioactifs est en effet soumis à différents critères imposés par l’Agence de Sûreté Nucléaire (ASN). Parmi eux, la présence de ressources présentant "un intérêt particulier" exclut une telle entreprise. Le site de stockage des déchets nucléaires pourrait en effet présenter un obstacle à l’exploitation de ces ressources par les générations futures. Il s’agit en l’occurrence des ressources géothermiques. L’exploitation de la "chaleur de la terre" est en croissance en France, et peut être utilisée pour le chauffage urbain, ou pour produire de l’électricité via des centrales spécifiques. S’appuyant sur les études qu’elle avait menées elle-même en 2007-2008, l’Andra avait déterminé que le potentiel géothermique du site, sur une zone de 30 km², ne présentait rien d’exceptionnel par rapport à l’ensemble du sous-sol français. Au vu des résultats de ces études, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a également donné un avis positif.

Bataille des experts

Mais les associations antinucléaires avancent que les études n’ont pas été menées jusqu’au bout. Elles réclament notamment des forages plus profonds. En outre, en 2013, un rapport de Geowatt, un bureau d’études suisse, les avait confortés dans leurs doutes. Tant et si bien que les associations ont porté l’affaire au Tribunal. Selon l’association France Nature Environnement, l’étude réalisée par Géowatt montre que la ressource de Bure est en effet au moins équivalente à celle du Dogger dans le bassin parisien, aujourd’hui valorisée. De plus l’étage inférieur, le permien, n’a pas été exploré alors qu’il doit être intéressant au vu de son épaisseur. Enfin, les tests de 2008 n’auraient pas été faits dans des conditions optimales, de la boue aurait notamment colmaté le forage de 2008. Le débit de 5m3/h annoncé par l’Andra passerait ainsi à 300 m3/h. L’Andra a cependant reconnu que le chiffre de 5m3/h constituait un raccourci qui pouvait porter à confusion quant à la production que pourrait donner une utilisation industrielle locale. Il reste que les associations n’ont pas prouvé que le site présentait des ressources d’intérêt, mais réclament des forages plus profonds. Ils assignent en justice l’agence pour "désinformation" et espèrent sa "condamnation symbolique".

Les générations futures en jeu

Il est prévu que le stockage des déchets se fasse à une profondeur de 490 mètres sous terre. Si elle n’accueille qu’une toute petite partie des déchets (3 %), ceux-ci concentrent 99 % de la radioactivité de l’ensemble, pouvant rester nocifs pendant plusieurs millions d’années – en attendant de trouver et mettre en place les moyens de les traiter. Si l’ASN interdit l’implantation d’un tel site près d’un site intéressant, c’est en pensant à nos descendants. Ayant oublié l’existence du site, et désireux d’exploiter les ressources, ceux-ci pourraient creuser et arriver sur le site.

Le projet n'est pas encore autorisé : l'Andra compte finaliser sa demande de création en 2017, dans l'optique d'un décret d'autorisation à l'horizon 2020 puis d'un démarrage progressif de l'exploitation à partir de 2025, avec une phase industrielle pilote de 5 à 10 ans.

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

28 - LE COUDRAY

Mise en conformité de 2 salles de césarienne au bâtiment Pôle Femme Enfant du Centre Hospitalier de Chartres.

DATE DE REPONSE 09/09/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS