L'Usine Energie

Déchets nucléaires : la facture de Cigeo double à 32 milliards d’euros

Publié le

Le doublement du devis du projet de stockage souterrain pourrait forcer les producteurs de déchets à accroître leurs provisions. Mais ces derniers estiment que des optimisations techniques permettraient de diminuer les montants.


Site de l'Andra (Bure) - Crédits : Pascal Guittet

La France a fait le choix d’enterrer ses déchets les plus radioactifs dans une couche d’argile à 500 mètres de profondeur à Bure (Meuse). C’est le projet Cigeo. Ce dernier n’a jamais cessé de déchaîner les passions, chez les porteurs du projet comme ses opposants... 

Un nouveau rapport de l’Andra (Agence nationale­ pour la gestion des déchets radioactifs), le futur exploitant de Cigeo, a été rendu public. Il réévalue sensiblement le coût du projet, qui doit être financé par EDF, Areva et le CEA.

Selon ce document, le coût de construction du projet et son exploitation pendant plus d’un siècle coûteraient 32,7 milliards d’euros. L’investissement initial serait de 19,8 milliards d'euros, l'exploitation de l'infrastructure (opération, maintenances, personnels, etc.) coûterait 8,8 milliards, les impôts atteindraient 4,1 milliards. C’est un doublement - qui était pressenti - du dernier devis qui avoisinait les 16 milliards d’euros.

Devis variable

Mais le rapport rappelle que de grandes incertitudes demeurent sur ce montant en fonction des choix techniques qui seront pris. Elles peuvent atteindre jusqu’à 30 %, témoigne l’Andra. Ainsi, EDF, Areva et CEA qui doivent, selon la loi, d’ores et déjà, provisionner les montants, parlent plutôt d’un montant de 20 milliards d’euros en prenant en compte les optimisations qui ont été imaginées ces dernières années.

La guerre des devis est toutefois moins vive qu’elle ne le fut par le passé. Preuve en est, l’Andra et les producteurs de déchets se sont fendus d’un communiqué commun. "Il existe ainsi des visions différentes du chiffrage, selon la manière dont sont anticipés les progrès technologiques et les optimisations", assument-ils. Ils ajoutent : "Pour converger, de nombreux échanges techniques ont lieu entre l’Andra, maître d’ouvrage du projet et les exploitants nucléaires concernés, EDF, Areva et le CEA".

Arbitrage du ministère

Illustration de cette volonté de travailler ensemble, le patron de l’Andra Pierre-Marie Abadie et le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, se sont rendus ensemble au laboratoire souterrain de l’Andra, le 7 janvier dernier. Ils ont visité les installations souterraines où sont testées les méthodes de confinement des déchets nucléaires et les procédés de creusement des galeries.

Désormais, il faudra attendre l’arbitrage du ministère de l’Ecologie sur le montant à provisionner. Il sera aidé en cela par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui jugera des options de sûreté. L’autorité indépendant viserait déjà un renforcement de certaines mesures, ce qui renchérirait encore le devis.

La construction de Cigeo devrait débuter en 2020 pour une mise en service industrielle en 2025.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte