Déchets militaires: 275.000 tonnes à traiter

Le 2 juillet dernier s’est tenue la troisième et dernière conférence du cycle Défense et environnement, organisé par le bureau d’études 3BConseils. Militaires, associations de défense de l’environnement et pouvoirs publics ont notamment débattu sur les progrès à accomplir en matière de traitement des déchets d’armement. Une synthèse des discussions est remise cette semaine au ministre de la Défense.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Déchets militaires: 275.000 tonnes à traiter

170 coques de navires et engins flottants, 800 aéronefs, 27.000 missiles, torpilles et autres roquettes, 95.000 tonnes de véhicules et blindés, des milliers de tonnes d’équipements électroniques. Au total, ce sont 270.000 tonnes de matériel militaire qu’il va falloir démanteler, dépolluer et recycler, entre 2009 et 2015. «Un challenge, presque un business», commente Xavier Lebacq, Ingénieur général de l’armement au Conseil général de l'armement du ministère de la défense, et co-auteur l’année dernière d’un rapport sur le sujet (1). Une opération qui devrait coûter entre 90 et 160 millions d’euros, selon les cours des métaux recyclables, d’après les estimations de la Direction générale de l’armement. Pour l’heure, dans le cadre du Brienne de l’environnement», la déclinaison du Grenelle de l’environnement au sein du ministère de la défense, «108 millions € sont programmés pour les missions de démantèlement», a rappelé Eric Lucas, directeur de la mémoire, du patrimoine et du développement durable dans ce ministère....






%%HORSTEXTE:%%

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS