Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Décès de Jean Stalaven, fondateur de l’entreprise du même nom

Astrid Gouzik

Publié le

Vidéo Une figure de l’industrie agroalimentaire s’est éteinte le vendredi 11 novembre. Jean Stalaven, fondateur du groupe du même nom, est décédé à l’âge de 98 ans.

Décès de Jean Stalaven, fondateur de l’entreprise du même nom © capture d'écran Ina

L’industrie agroalimentaire a perdu l’un de ses leaders. Jean Stalaven, figure bretonne du secteur, s’est éteint le 11 novembre, dans sa maison de retraite de Saint-Brieuc, à l’âge de 98 ans. La coopérative Euralis, actionnaire à 96% de l’entreprise, l’a annoncé dans un communiqué de presse le lendemain.

Né en 1918, Jean Stalaven est fils de boucher-charcutier. En 1945, il reprend et fait fructifier la petite affaire familiale implantée à Bourbriac, près de Saint-Brieuc. Vingt ans plus tard, En 1965, naît l’usine de Saint-Brieuc qui sera bientôt suivie d’autres sites de production. Rapidement, Jean Stalaven devient un acteur majeur de la charcuterie industrielle et des produits traiteurs pour la grande distribution. En 1980, il diversifie son offre de l’entrée au dessert. Puis en 1982, Jean Stalaven achète les salaisons Boutot, à Perpezac-Le-Noir. En 1993, Jean Stalaven est l’un des premiers à proposer des gammes de salades traiteur.

Finalement, en 2009, le groupe Stalaven rejoint la coopérative Euralis. En 2011, Euralis regroupe ses activités alimentaires et crée un nouveau pôle réunissant les activités foie gras et traiteur. Un an plus tard, Euralis est actionnaire à 96 % de l'entreprise.

Ses employés lui vouaient un profond respect. Pour preuve, ils étaient très nombreux à célébrer à ses côtés les 65 ans d'existence de l'entreprise. "Les uns et les autres, ici, ont une bonne part dans ce qu'est devenu le groupe aujourd'hui. N'allez pas imaginer que le p'tit charcutier de Bourbriac a tout fait seul depuis 1945. J'ai fait ce que j'ai pu...", rappelait alors Jean Stalaven, comme le relate le quotidien Ouest-France.

 


Portrait de Jean Stalaven en 1997

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle