Début prometteur : Silham El Kasmi donne une seconde vie au bois

Cette ingénieur de 30 ans a mis au point un traitement qui rend le bois insensible aux agressions extérieures. Après ce succès, le groupe de menuiserie Lapeyre lui a confié la direction de sa R&D bois.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Début prometteur : Silham El Kasmi donne une seconde vie au bois

Silham El Kasmi ne s'arrête jamais. Téléphone à l'oreille, marche rapide et débit à l'avenant, la responsable R et D bois du fabricant et distributeur de menuiserie Lapeyre, filiale de Saint-Gobain, déploie une énergie sans pareille quand il s'agit de valoriser ce qu'elle aime par-dessus tout : le bois... « Je crois que je suis un bucheron », explique en riant cette jeune femme de 30 ans, entrée dans l'entreprise en 1999 pour son stage de fin d'études. Elle ne l'a pas quittée depuis. Entre les deux, sept ans de réflexion et une réussite de taille : la mise au point de Wood Protect, un procédé qui rend le bois insensible aux agressions extérieures, qu'elles viennent de l'eau, des champignons ou des insectes.

Son parcours

  • 30 ans
  • Responsable du pôle R et D bois du groupe Lapeyre
  • Diplômée de l'ENSTIB (Ecole nationale supérieure des technologies et industries du bois) d'Epinal (Vosges)

Groupe Lapeyre

  • 12 000 personnes, dont 8 000 en France

Un résultat prometteur pour cette jeune ingénieur, diplômée à 23 ans de l'Ecole nationale supérieure des technologies et industries du bois d'Epinal (Vosges) - qu'elle a choisie parmi les six concours d'écoles supérieures auxquels elle avait été reçue -, et également titulaire d'un DEA sciences du bois, option finition-préservation. « Ce nouveau traitement se fonde sur un procédé chimique en deux étapes, s'enthousiasme la jeune femme. D'abord une imprégnation à coeur du bois par un réactif que nous avons mis au point, puis le greffage sur les molécules de cellulose d'une chaîne carbonée hydrophobe, qui rend le bois dix fois plus résistant aux gonflements. »

Si Silham El Kasmi n'a pas été seule à participer à l'élaboration du procédé, c'est elle qui en a piloté la gestation et la mise en oeuvre. « En préparant ma bibliographie, je suis tombée sur les travaux de Carlos Vaca-Garcia, chercheur au laboratoire de chimie agro-industriel de l'Ensiacet de Toulouse, sur la cellulose, raconte-t-elle. Avec l'idée de transposer ses découvertes au bois. Nous avons donc décidé de travailler ensemble sur un premier projet d'hydrophobation de ce matériau. » En 2001, l'équipe de Silham El Kasmi aboutit à un premier résultat probant, avec l'obtention d'un réactif (un anhydride mixte) capable de se greffer sur les molécules de cellulose, hémicellulose et lignine du bois et de le rendre quasi impénétrable à l'eau.

Une fervente adepte du travail en équipe

Au laboratoire de Châlons-en-Champagne (Marne), où se trouve le centre de R et D de Lapeyre, sous la houlette de Roger Deloison, le directeur du pôle fournisseur, Silham El Kasmi va passer cinq ans à perfectionner le procédé, pour l'adapter aux différents process de fabrication et à diverses essences de bois. Les recherches sont longues, les tests et les expériences multiples... et les difficultés coriaces. « Il y a un moment où nous avons crû ne pas y arriver. Pendant six mois, l'élaboration des finitions du bois hydrophobé a posé problème. Or sans elles, c'est tout le procédé Wood Protect qui tombait à l'eau... La collaboration entre tous les membres de l'équipe a été à ce moment tout à fait essentielle », se souvient l'ingénieur.

Les autres nominés

  • Benjamin Mettavant, de Décathlon, pour la tente 2 secondes.
  • Fabrice Rondet, de Schneider Electric, pour une antenne radiofréquence à architecture fractale.


De fait, en tant que responsable de la R et D bois de l'entreprise, mais aussi de l'assistance technique pour les sept sites industriels du groupe pour tout ce qui concerne la finition, la préservation et le collage du bois, la jeune femme est devenue une infatigable promotrice du travail en équipe. « Je ne conçois pas qu'on puisse faire de la recherche autrement qu'en échangeant avec les autres, estime-t-elle.

Pour progresser et susciter des échanges d'idées fructueux, la prise en compte du facteur humain est aussi important que l'aspect scientifique. » Aujourd'hui, parfaitement abouti et commercialisé depuis septembre dernier pour les menuiseries de fermeture (volets), le procédé Wood Protect sera progressivement exploité sur de nouveaux segments de produits, des portails au bardage des maisons.

Marion Deye

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS