Debflex relocalise en France la production de ses interrupteurs électriques connectés

Après avoir fait réaliser tous ses appareillages électriques en Chine, Debflex revient en France pour le développement et la production de ses produits connectés. Il commence par une gamme d’interrupteurs et prises électriques connectés.

Partager
Debflex relocalise en France la production de ses interrupteurs électriques connectés
Construction d'interrupteurs électriques et prises connectées chez Debflex

Concevoir pour fabriquer. Telle est la démarche privilégiée par Debflex dans sa stratégie de relocalisation en France de sa production. « Avant, même le développement des produits était réalisé en Chine, confie son PDG Jean-Eric Riche. Avec notre virage vers les objets connectés et l’intégration de l’électronique dans nos produits, nous tenons à reprendre en main la conception. Nous le faisons avec nos partenaires de production dans le but d’en faciliter la fabrication en France. Nous voulons ainsi raccourcir les délais et mieux répondre aux attentes des clients. »

Réduction de la part de la main d'oeuvre à 5% du coût de revient

Depuis un an, cette PME familiale de 120 personnes et 40 millions d’euros de chiffre d’affaires, spécialisée dans les appareillages électriques domestiques (interrupteurs, prises, disjoncteurs, etc.), travaille à la création de ses premiers produits connectés : des interrupteurs et prises électriques pilotables par smartphone pour des fonctions de détection de présence ou programmation horaire. La production devrait démarrer à la fin de l’année, à l’usine du sous-traitant électronique Einea, à Eu, de Selha Group, pour un volume annuel de 10 000 pièces.

« Nous avons travaillé ensemble en conception pour réduire le nombre de composants, les étapes de test et les opérations manuelles de façon à ce que la main d’œuvre ne représente plus que 5% du coût de revient du produit, contre 25% pour l’équivalent réalisé en Chine, explique Philippe Masselin, directeur général de Selha Group. La fermeture des enveloppes plastiques, effectuée habituellement par encapsulation à main, sera confiée à un robot. »

Proximité avec le sous-traitant électronique

Pour maîtriser la conception, Debflex s’est doté d’une équipe formée d’un électronicien et deux apprentis, l’un en logiciel et l’autre en automatique. La proximité avec Einea, qui se trouve à seulement 1 km de distance, est jugée par Jean-Eric Riche essentielle aux phases de codéveloppement et d’industrialisation.

D’autres produits comme le variateur de lumière, les détecteurs de présence ou encore les minuteries vont bénéficier à leur tour de la démarche de relocalisation. « Le Made in France plait à tout le monde, note le patron de Debflex. Mais notre obsession est de le faire moins cher. Nous ne rapatrierons pas des produits dont la fabrication nous coûtera plus cher. A la fin de 2018, nous aurons relocalisé 25% de notre catalogue de produits. Le reste ne pourra pas l’être. L’automatisation de l’assemblage de disjoncteurs couterait des dizaines de millions d’euros. L’investissement ne vaudrait pas le coup.»

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

EINEA

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - EDF SA

Recherche d'un SI de gestion des plans, des surfaces et des occupants pour le parc immobilier du Groupe EDF, géré par la Direction de l'immobilier.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS