Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"De plus en plus de candidats déclinent un poste parce que l’ambiance de travail ne leur convient pas", explique Julien Weyrich de Page Group

Christophe Bys ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien Directeur senior ingénieur et techniciens et informatique de PagePersonnel, Julien Weyrich observe de près depuis plusieurs années les évolutions en matière de recrutement et de rémunération de ces fonctions. A l'occasion de la publication par PageGroup de l'étude de rémunération 2020, il analyse la situation du marché de l'emploi. Nous avons retenu trois enseignements : l'exigence maintenue des candidats face aux pénuries, payer plus ne 'paie plus", les parts variables concernent aussi les fonctions techniques. 

Des candidats déclinent un poste parce que l’ambiance de travail ne leur convient pas explique Julien Weyrich de Page Group © Page Group

L’Usine Nouvelle - Cette année encore, PageGroup publie une étude sur les salaires des ingénieurs et des techniciens. Quelle est la tendance cette année ?

Julien Weyrich - La tendance globale est plutôt à la stabilité des salaires, avec quelques écarts pour certains postes. Cela s’explique parce que des efforts sensibles ont été réalisés depuis un ou deux ans et qu’il y a des limites aux hausses de salaire. On ne peut pas indéfiniment augmenter les salaires des nouvelles recrues. A terme, cela risque de provoquer des tensions avec les salariés avec davantage d’ancienneté.

Ceux qui tirent bien leur épingle du jeu sont-ils toujours ceux qui sont les plus demandés ?

L’informatique est évidemment en situation de pénurie et l’évolution des salaires proposés continue de le refléter. Mais ce n’est pas le seul secteur ou la seule fonction où l'on observe ce phénomène. Par exemple, on observe aussi des pénuries dans l’industrie, même si tout le monde n’en a pas forcément conscience. Le marché pour des bac+2 ou bac+3 avec un profil industriel est très dynamique, ce qui n’est pas très présent dans l’inconscient collectif.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle