Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"De plus en plus de cadres veulent un mode de travail start-up et les RH ne les entendent pas toujours", explique Aurélien Cunin

Christophe Bys

Publié le

Senior manager chez Elia Consulting, Aurélien Cunin a accepté de commenter pour L'Usine Nouvelle es résultats d'une étude que ce cabinet a fait réaliser. A l'heure du numérique, les RH semblent avoir complètement zappé le sujet. Avec le risque que les cadres quittent les entreprises, car ils sont attirés par les nouveaux modes de travail. 

De plus en plus de cadres veulent un mode de travail start-up et les RH ne les entendent pas toujours, explique Aurélien Cunin
Aurélien Cunin est senior manager d'Elia Consulting.
© D.R. Elia Consulting

L'Usine Nouvelle - Pourquoi avez-vous mené une étude (*) auprès des cadres sur leur perception du rôle des RH dans la transformation numérique ?

Aurélien Cunin - Nous voulions faire une étude sur la transformation digitale mais du côté des ressources humaines. Comme consultants, notre conviction est que la transformation n’est plus une question d’outils, mais bien plus une affaire de culture d’entreprise qui pèse sur les Hommes. C’est pour cette raison que nous avons voulu étudier quel était le rôle perçu des Ressources humaines par celles et ceux qui mettent en œuvre quotidiennement la transformation digitale.

Et les résultats sont peu flatteurs non ?

Oui et non. Les cadres ont une bonne vision de leur RH qu’ils consultent plutôt pour des questions classiques, juridiques ou administratives. Cependant, 71 % d’entre-eux estiment que les directions des ressources humaines ne sont pas adaptées pour les aider à appréhender les nouvelles manières de travailler.

Et les plus jeunes sont les plus demandeurs. 70 % des plus de 30 ans estiment que les RH ne les aident pas à s’adapter aux évolutions digitales, contre seulement 46 % pour les moins de 30 ans.

Du coup, ils se débrouillent tout seul. Est-ce si grave ?

Les cadres sont très intéressés par le mode de travail des start-up, la manière dont elles font évoluer le poste de travail, ou remettent en cause le système pyramidal…  L’enjeu est loin d’être mineur pour les cadres des entreprises que nous avons interrogées.

En effet, il y a une vraie appétence pour ces nouveaux modes de travail, si bien que pour les entreprises c’est un enjeu de fidélisation majeur. Attirés par ces nouveaux modes de travail, les cadres peuvent être tentés de partir à plus ou moins long terme. 16 % des cadres de plus de trente ans disent qu’ils envisagent de travailler dans une start-up. Le pourcentage monte à 45 % pour les moins de 30 ans. Quand on sait la difficulté à attirer les plus jeunes dans les grands groupes, ne pas savoir les retenir une fois qu’ils sont là est un vrai problème.

Les ressources humaines devraient prendre conscience de ce phénomène et devenir des agents proactifs qui aident les salariés à changer. 

 

(*) Enquête réalisée en ligne par Harris Interactive du 27 septembre au 4 octobre 2016. Échantillon de 802 salariés, représentatif des actifs ayant le statut cadre dans des entreprises de 1 000 salariés et plus en France. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, statut d’activité et région de l’interviewé(e).
 
 
Les principaux résultats de l'étude en une infographie : 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle