DE LA PHYSIQUE À L'INDUSTRIEPhysicienne de formation, elle dirige aujourd'hui le Centre de recherche Paul-Pascal en Gironde. Un parcours sans faute commencé en Colombie.

Partager



DE LA PHYSIQUE À L'INDUSTRIE

Physicienne de formation, elle dirige aujourd'hui le Centre de recherche Paul-Pascal en Gironde. Un parcours sans faute commencé en Colombie.



Si elle n'est pas apparentée au célèbre savant Paul Langevin, Dominique Langevin a néanmoins travaillé dans le sillage d'un autre éminent physicien, le Prix Nobel Pierre-Gilles de Gennes. Comme lui, elle attache une grande importance aux liens entre la science et l'industrie. A 47ans, elle vient de reprendre les rênes du Centre de recherche girondin Paul-Pascal, qui compte des partenaires industriels tels qu'Aérospatiale, Rhône-Poulenc, Elf ou l'Institut français du pétrole. Et entend développer de plus amples rapports avec les PME. Le parcours de cette physicienne de formation? Un sans-faute. Elle décroche son baccalauréat à 14ans, en espagnol, dans un lycée de Colombie où son père est chargé de monter une compagnie d'assurances. De retour à Paris, Dominique Langevin, que les concours n'effraient pas, rêve de devenir ingénieur. Mais trop de grandes écoles ferment encore leurs portes aux femmes. Certaines, dont l'Ecole supérieure d'électricité, l'Ecole de physique et chimie de la ville de Paris et l'Ecole supérieure d'optique, lui tendent cependant les bras. Elle se décide pour l'Ecole normale supérieure de jeunes filles. "Mais je ne voulais pas devenir professeur et répéter tous les ans les mêmes choses." Optant pour la recherche, elle rédige sa thèse d'Etat sur les cristaux liquides. Et intègre le CNRS dès 1969. Cette spécialiste des interfaces liquides y gravit les échelons, d'attaché à directeur de recherche. "Je ne regrette jamais rien, par principe, déclare la directrice de ce grand laboratoire de chimie-physique du CNRS. Je découvre! C'est dur, mais passionnant, de participer à l'élaboration d'un pôle scientifique à une grande échelle." L'une de ses ambitions? Estomper les frontières entre les disciplines et se rapprocher de la biologie. "La physique a connu un âge d'or au début du siècle. L'âge d'or de la biologie sera le siècle prochain." Epouse d'un mathématicien et mère de quatre filles, elle avoue concilier vies professionnelle et familiale sans heurts. Et trouve même le temps de lire le Colombien Gabriel Garcia Marquez et l'Américain John Irving dans le texte. Laurance N'Kaoua

USINE NOUVELLE N°2508

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS