De la lanterne à gaz pivotante au feu rouge intelligent

Destinés à l’origine à sécuriser des carrefours en évitant les collisions, les feux tricolores sont aujourd’hui au cœur de systèmes destinés à assurer la mobilité urbaine. Reste à savoir s’ils sont employés à bon escient.

Partager
De la lanterne à gaz pivotante au feu rouge intelligent
Si l'on vous arrête c'est pour votre bien.

Difficile de dire qui a eu l’idée de réguler le trafic aux intersections à l’aide de signaux lumineux de couleur, même si beaucoup de sources convergent vers une origine anglo-saxonne. Le premier semblerait avoir été installé par J P Knight, un ingénieur spécialiste de la signalisation ferroviaire, en 1868 à Londres à l'intersection entre Bridge Street et Palace Yard. Il s’agissait alors d’une simple lanterne à gaz pivotante avec des faces rouges et vertes, qu’un agent de police manœuvrait à l’aide d’un levier.

En 1910, Earnest Sirrine déposa à Chicago (Etats-Unis) un brevet (N°976 939) pour un signal non lumineux affichant au choix les mots Stop ou Proceed. L’idée fut améliorée par le policier Lester Wire de Salt Lake City, qui proposa en 1912 un feu lumineux de régulation bicolore.

Au pays du business, le concept fit flores et l’American Traffic Signal Company de James Hoge commença à disséminer l’idée en équipant un carrefour à Cleveland en août 1914. Le feu affichait alors en couleur les mots Stop ou Move. L’idée fut même brevetée en 1918 (N°1 251 666). Pour éviter les transitions brutales, l'agent de police William Potts de Detroit ajouta un feu orange intermédiaire en 1920. Le feu tricolore classique que nous connaissons aujourd’hui était né.

La France, sortie de la Grande Guerre, connut une explosion du trafic automobile et installa son premier feu de signalisation le 5 mai 1923, au croisement des boulevards Saint-Denis et Sébastopol à Paris. Uniquement de couleur rouge, il intégrait aussi une sonnerie. Et ce n’est qu’en 1933 qu’apparurent les premiers feux tricolores à Paris. Mais ils ne devinrent omniprésents dans nos villes qu’à la fin des années 50.

Pendant ce temps, aux Etats-Unis, William Ghiglieri fit breveter dès 1917 à San Francisco (N°1 224 632) l’idée d’un système de contrôle du trafic de la ville à l’aide d’un réseau de feux colorés. Tandis qu’à Salt Lake City on commençait à la même époque à synchroniser les feux de plusieurs carrefours pour réguler l’allure des véhicules sur un axe donné.

Aujourd’hui, à l’heure où les pouvoirs publics entendent, au nom de l’écologie et de la sécurité, poussés par quelques lobbies, régenter les déplacements de chacun, les feux tricolores sont au cœur de véritables systèmes de régulation du trafic.

Des capteurs, généralement des boucles électromagnétiques noyées dans la chaussée ou des caméras avec reconnaissance d’images, indiquent au système la densité de trafic sur les différentes voies, tant à l’approche du croisement que beaucoup plus loin afin d’anticiper l’arrivée des véhicules. Des algorithmes complexes déterminent alors le séquençage des feux en fonction des objectifs que l’on entend atteindre en termes de fluidité du trafic ou de blocage volontaire pour dégoûter les automobilistes de prendre leur voiture. Qui n’a pas été bloqué à un carrefour important par un feu rouge alors qu’aucune voiture ne survenait sur l’autre axe ?

La vraie écologie et la vraie sécurité ne serait-ce pas que les feux rouges ‘‘intelligents’’ fassent tout pour fluidifier le trafic, limiter les encombrements et par la même la pollution et la nervosité des conducteur ?

On peut encore croire au Père Noël, non ? C'est de saison !

Jean-François Prevéraud

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

77 - Nemours

Entretien et dépannage des logements (vacants/occupés) et des parties communes sur le patrimoine de Val du Loing Habitat

DATE DE REPONSE 09/09/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS