De la FNSEA aux meetings, un week-end d’industrie et d’économie

A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, les deux derniers jours ont été marqués par les meetings des principaux candidats. Mais plusieurs industriels se sont aussi exprimés. Retour sur les déclarations du week-end.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

De la FNSEA aux meetings, un week-end d’industrie et d’économie

Notamment, le patron d’Alstom s’est défendu sur France Info samedi d’avoir décroché un contrat pour l’éolien offshore grâce à des liens proches avec le président de la République, Nicolas Sarkozy. "Nous avons été retenus sur la base de deux critères essentiels: le caractère économique de notre offre, une offre compétitive (...), économiquement intéressante, et deuxièmement, nous avions fait une offre qui accompagnait ce succès commercial de la création d'une filière industrielle, a déclaré Patrick Kron. Il est extraordinaire d'être dans une situation où lorsque l'on gagne en France, on considère que c'est parce qu'on est pistonné et quand on gagne à l'étranger, on considère que c'est un hasard ou un accident". Il a par ailleurs souligné qu’il ne voulait pas s’inscrire dans le débat électoral. Mais il a souligné l’importance pour une entreprise comme la sienne que la France soit compétitive.

Xavier Beulin, président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitations agricoles (FNSEA), est pour sa part revenu dimanche sur le produire français. Lors d’un entretien au Grand rendez-vous Europe 1/I-Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France, il a estimé que ce thème résonnait un peu bizarrement. "Quand on est paysan et qu'on est, comme moi, convaincu d'Europe, je crois que ce débat sur le 'produire français' et le 'consommer français', ça résonne quand même un peu bizarrement dans ma tête, a-t-il précisé. Je suis effectivement pour qu'on remette l'outil de production en marche. Maintenant, le 'produire français' ou le 'produire en France', cela ne veut pas dire que nous nous barricadions et que nous nous interdisions à la fois, bien sûr, en termes d'implantations, c'est légitime, mais également en termes d'exportations, d'être présent sur des pays tiers".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Chômage

Sur le plan politique, avant son meeting à Vincennes, le candidat socialiste a parlé dans les colonnes du Journal du Dimanche. A cette occasion il a assuré qu’il voulait inverser la courbe du chômage, qui n’est selon lui pas une fatalité. L’occasion aussi de tacler son principal adversaire, Nicolas Sarkozy. "L'expérience du candidat sortant est suffisamment malheureuse pour ne pas la reproduire. Il avait déclaré en 2007 que sa présidence serait un échec si le taux de chômage ne revenait pas à 5% en 2012. Nous sommes à 10% !", a-t-il rappelé. Il a profité de cet entretien pour rappeler ses principales propositions pour lutter contre le chômage : "mesures de traitement social dans un premier temps complétées par un plan de mobilisation de notre offre de production, notamment des PME", avec des "emplois avenir" engagées "dès la rentrée".

De son côté, Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, tenait meeting samedi à Marseille. L’occasion pour lui d’annoncer qu’il voulait que se multiplient les coopératives ouvrières. Il s’en est pris à la présidente du Medef, Laurence Parisot, qualifiée de "Sainte-Pétoche".

La candidate Nathalie Arthaud pour Lutte Ouvrière a insisté sur l’importance des travailleurs dans son discours au Zénith de Paris ce dimanche. "Plus la crise s'aggrave, moins il y a de place pour un 'bon gouvernement de gauche' qui, au moins sur certains points, protègerait les travailleurs. Il n'y a qu'un gouvernement de combat de la bourgeoisie, a expliqué Nathalie Arthaud. Tant que les travailleurs ne pèseront pas sur la politique et sur le patronat avec leurs propres armes, avec la grève et les manifestations, il ne se passera rien de décisif".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS