De l'électrique et de l'autopartage chez Volkswagen pour tourner la page du Dieselgate

Le groupe allemand va investir plus de 10 milliards d'euros d'ici 2025 dans des domaines comme la voiture électrique et les services d'autopartage pour transformer son image écornée suite aux révélations sur ses moteurs diesel truqués.  Des investissements financés par une forte réduction des coûts.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

De l'électrique et de l'autopartage chez Volkswagen pour tourner la page du Dieselgate
Le concept Budd-e présenté par VW au CES 2016 donnera-t-il lieu à un modèle de série ?

Chez Volkswagen le changement c'est maintenant. Le groupe allemand a annoncé ce jeudi 16 juin son intention d'investir plus de 10 milliards d'euros d'ici 2025 dans des domaines comme la voiture électrique et les services d'autopartage. Un plan qualifié de "plus important changement de l'histoire de l'entreprise" et de quoi potentiellement tourner la page du scandale du Dieselgate.

Volkswagen a expliqué qu'il financerait ce programme par le biais d'économies et de gains d'efficacité qui incluront l'intégration de ses activités de composants, pour l'instant réparties sur 26 sites différents dans le monde et qui emploient 67 000 personnes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

VW à un tournant de son histoire

"Le groupe Volkswagen sera plus concentré, plus efficace, plus innovant, plus axé sur le client et plus durable, et systématiquement tourné vers une croissance rentable", a déclaré le président du directoire, Matthias Müller, en présentant le plan à l'horizon 2025, baptisé "Together".

Le constructeur est plongé depuis septembre dans la crise la plus grave de ses 79 ans d'histoire après avoir avoué avoir truqué plusieurs de ses modèles pour fausser les résultats des tests d'émissions polluantes. Il a inscrit depuis dans ses comptes plus de 16 milliards d'euros de provisions pour couvrir les coûts de la modification de millions de véhicules et ceux de l'accord amiable conclu avec les autorités américaines.

Mais les analystes s'attendent à ce que la facture du scandale augmente encore. L'affaire fait peser une menace sur l'ensemble du marché du diesel, une technologie qui représente près de la moitié des ventes de voitures neuves en Europe. Et elle accroît la pression financière sur Volkswagen, dont la principale marque, VW, est moins rentable que ses principales concurrentes.

Electrique et VTC

A une semaine de son assemblée générale, cette stratégie permet donc de se tourner vers l'avenir. Au cours des dix prochaines années, Volkwagen prévoit de lancer 30 nouveaux modèles électriques pour lesquels il table sur des ventes comprises entre deux et trois millions d'unités en 2025.

Dans les domaines des services, comme l'autopartage et les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), le constructeur espère également réaliser plusieurs milliards d'euros de chiffre d'affaires au cours des prochaines années.

A LIRE AUSSI

Pour briller dans ces domaines, Volkswagen prévoit de développer ses propres technologies de voiture autonome et de batteries. Son patron Matthias Müller a reconnu que cette transformation nécessiterait "un montant à deux chiffres en milliards" en terme d'investissements, qu'il entend financer par des économies et une amélioration de la rentabilité d'exploitation dans l'ensemble du groupe, avec pour objectif environ huit milliards d'euros d'économies annuelles.

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS