De Florange à Total, un week-end d’industrie et d’économie

A 20 jours du premier tour de l’élection présidentielle, les candidats multiplient les interventions et les annonces. En cette fin de week-end c’est le chef de l’Etat sortant qui s’impose.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

De Florange à Total, un week-end d’industrie et d’économie

En effet, dans un entretien à paraitre ce 2 avril, mais révélé dans la nuit de dimanche à lundi, le candidat de l’UMP Nicolas Sarkozy a critiqué les permanents de la CFDT qui ont selon lui trahi la confiance des salariés à Florange.

Dans les colonnes de l’Est Républicain et Vosges Matin, il estime qu’il ne faut pas "mélanger les ouvriers, inquiets et pour qui j'ai obtenu 17 millions d'euros d'investissement et les permanents de la CGT ou de la CFDT: deux millions d'euros de travaux sur la phase liquide réalisés immédiatement -ces travaux ont démarré-, 7 pour la cokerie, 8 millions pour l'usine de fabrication de produits pour l'automobile. Ils trahissent la confiance des salariés. Ils sont venus m'insulter et essayer de casser mon siège de campagne. Ne confondons donc pas les salariés d'Arcelor-Mittal, que je ne laisserai pas tomber, et des syndicalistes qui trompent leurs adhérents en faisant de la politique au lieu de défendre l'intérêt des salariés".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les salariés de l’aciérie située en Moselle ont entamé mercredi dernier une marche à pied vers paris qui doit prendre fin vendredi prochain. Ce mouvement fait suite au siège tenu par quelque 200 métallurgistes de l'aciérie de Florange mi-mars à Paris. Ils étaient venus avec l'intention de se rendre devant le QG de campagne de Nicolas Sarkozy où un important dispositif policier avait été déployé. De brèves échauffourées avaient alors éclaté avec les forces de l'ordre.

Le président sortant a par ailleurs confirmé le chiffrage de sa potentielle seconde mandature. Le programme complet se chiffrera à 115 milliards d’euros d’efforts demandés aux Français, selon lui. "Je me bats pour la compétitivité des entreprises et pour l'innovation. Je me bats pour la revalorisation du travail. L'an passé, 9 millions de salariés ont bénéficié d'heures supplémentaires sur lesquelles ils ne paient pas d'impôts et sur lesquelles les entreprises ne paient pas de cotisations", a-t-il expliqué.

Le candidat de l'UMP doit se rendre ce lundi 2 avril dans la Meuse pour officialiser le projet de Safran à Commercy.

Réforme pour Laurence Parisot

De son côté, plus tôt dans le week-end, la présidente du Medef, Laurence Parisot, a estimé qu’il fallait lors du prochain quinquennat une grande réforme de l’assurance maladie. "Le mandat qui s'achève a été marqué par une grande réforme, la réforme des retraites. Sans elle, nous serions sur le plan financier dans une situation encore plus grave qu'aujourd'hui", a-t-elle affirmé lors du Grand-Rendez-vous Europe 1/I-Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Elle a par ailleurs critiqué l’engagement pris par le leader de la CGT dans la campagne électorale. Selon elle, Bernard Thibault perd toute force, légitimité et crédibilité en s’alliant avec Jean-Luc Mélenchon. Elle a aussi mis à mal le programme de François Hollande, en estimant qu'il nous "rendrait moins compétitif".

Enfin, du côté des dirigeants, c’est le PDG de Total qui s’est exprimé ce week-end via le fil Twitter de la compagnie pétrolière. Christophe de Margerie a en effet annoncé que la torchère de la plate-forme Elgin s’était éteinte vendredi soir.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
    SAFRAN
ARTICLES LES PLUS LUS