Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

De Facebook à PSA, une semaine d'industrie

Astrid Gouzik , ,

Publié le

Les syndicats et les représentants patronaux discutent, EDF investit à Fessenheim, les salariés de PSA à Aulnay manifestent devant le QG de campagne de Nicolas Sarkozy. A quelques jours de l'élection présidentielle, l'industrie s'agite. L'occasion pour L'Usine Nouvelle de dresser le portrait industriel de chaque candidat. 

De Facebook à PSA, une semaine d'industrie © D.R. - Présidence de la République

Le fait marquant
Qui serait le meilleur président pour l’industrie ? A quelques jours de l'élection présidentielle, l’Ifop a réalisé un sondage pour L’Usine Nouvelle afin de déterminer qui est le plus crédible quand on aborde le thème de l’industrie.

Nicolas Sarkozy arrive premier des meilleurs défenseurs à 29% et quasiment aussi en tête du podium des moins bons défenseurs, à peine dépassé par Marine Le Pen et Eva Joly. Il a clairement réussi en tout cas à s’installer sur le sujet. Le cas de François Hollande est différent. Il recueille l’adhésion de seulement 20% des Français. Mais il n’est que le numéro cinq des candidats les moins crédibles.

L’Usine Nouvelle en a profité pour interroger les candidats sur des thèmes qui agitent actuellement autant l'industrie que la société.

Lundi 9 avril
Facebook a profité de ce jour férié pour faire part de sa nouvelle prise. Le réseau social annonce racheter l’application Instagram. Une nouvelle qui ne manque de faire du bruit dans l’industrie du web et des réseaux sociaux. Pour 1 milliard de dollars, Facebook avale le réseau social dédié à la photographie et ses 30 millions d’utilisateurs dans le monde. De quoi appuyer l’entrée en bourse imminente du géant américain,  et conserver son leadership sur le partage de photos.

Mardi 10 avril
A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, EDF annonce un investissement de 20 millions d’euros à Fessenheim, pour la doyenne du parc nucléaire française. Réactions sceptiques, du côté des organisations écologistes notamment. "Ce montant me semble extrêmement faible", estime David Dornbusch, président de l’ONG Cleantuesday, ancien chercheur du CEA et d’Areva. "Le radier, c’est la fondation, ce sur quoi repose le réacteur. Engager des travaux pour renforcer ce radier entraînerait des dépenses de l’ordre de la centaine de millions d’euros à mon avis".

Si EDF s’engage à entamer les travaux recommandés par l’ASN, le message semble avant tout politique. En effet, le sort de Fessenheim est étroitement lié à celui du prochain locataire de l’Elysée. Si François Hollande est élu, la centrale pourrait fermer avant 2017.

Mercredi 11 avril
L’Agence internationale de l’énergie (AIE) publie son rapport annuel sur les importations de pétrole. Bilan, en 2011, 5,5 milliards de dollars de pétrole et de gaz ont transité chaque jour dans le monde.  Le cours moyen du baril de Brent, extrait en Mer du Nord, s'élevait de 111 dollars, un record absolu. Un rythme qui devrait perdurer en 2012.

En Europe, les importations d’hydrocarbures sont passées de 350 milliards en 2009, à 600 milliards en 2011… Un montant supérieur à celui de la dette grecque !

Jeudi 12 avril
Déçus par la réunion tripartite organisée la semaine précédente, les salariés se PSA Aulnay sont allés à la rencontre de Nicolas Sarkozy. Le président-candidat leur a ouvert les portes de son QG dans le XVème arrondissement de Paris. Il a répondu favorablement à la demande des salariés qui plaidaient pour la tenue d’une réunion tripartite avec le gouvernement sous 10 jours. Soit avant le 20 avril.

Interrogé par L’Usine Nouvelle, Jean-Pierre Mercier, le représentant CGT d’Aulnay-sous-Bois, a estimé que le gouvernement pourrait faire plier PSA. Puis il a déploré le silence de François Hollande. "Pour nous, ça en dit long. Nous devrons aussi lui forcer la main s’il est élu, comme nous devrons tordre le bras de PSA pour signer un engagement écrit."

vendredi 13 avril
Quatrième rencontre entre syndicats de salariés et représentants patronaux, ce vendredi, concernant les accords sur la flexibilité du travail. Ce devait être la réunion conclusive entre les différents acteurs. Finalement, les discussions se poursuivront après l’élection présidentielle, le 16 mai.
"On se rapproche d’un accord", a estimé, optimiste, Patrick Bernasconi, négociateur du Medef, à l’issue des deux heures de rencontre. Pourtant CGT et FO restent farouchement opposées au texte, contrairement à CFDT, CFTC et CFE-CGC.

Ce même jour, on apprend que le constructeur Renault aurait enfin conclu un protocole d'accord avec le groupe Dongfeng, selon une source proche du dossier. La direction assure auprès de L'Usine Nouvelle qu'elle n'infirme pas cette information, sans toutefois la confirmer. L'annonce officielle pourrait en effet avoir lieu à l'occasion du salon de Pékin qui ouvre ses portes à la presse le 23 avril prochain. Notre reporter sera sur place pour faire vivre le salon au mieux.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle