De Eurosatory à Futur en Seine, une semaine d’industrie

Deux types d'industrie étaient à l'honneur cette semaine : la défense à Villepinte, le numérique à Paris et sa région. Mais l'industrie a aussi été au coeur des décisions du gouvernement, comme celle de stopper les opérations de prospection pétrolière en Guyane et celle de dépêcher des délégués au redressement productif en régions. Retour sur une semaine d'industrie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

De Eurosatory à Futur en Seine, une semaine d’industrie

Le fait marquant
La défense et l’armement ont fait l’actualité cette semaine à l’occasion du salon Eurosatory qui se déroulait à Villepinte. L’occasion pour le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian de préciser ses positions notamment sur le thème de la consolidation industrielle dans le secteur de la défense.

Pour le groupe Dassault, il s'agissait surtout de montrer sa ténacité à voir le projet d'achat de drones par la France aboutir. Sur le salon, le fabricant présentait notamment une brochure commerciale avec les dernières caractéristiques techniques du drone Voltigeur. Le directeur général des affaires international, Eric Trappier a aussi précisé à un petit groupe de journalistes ses arguments pour convaincre le gouvernement de la pertinence de sa solution. "Nous restons force de proposition dans le cadre du héron TP. (…) On a remis des offres définitives qui peuvent ensuite donner lieu à des modifications". Le ministre devrait trancher le dossier avant le 14 juillet prochain.

Chez Sagem, on se remet en ordre de marche pour se faire une place sur le marché de la défense. Le nouveau patron du groupe Philippe Petitcollin veut restaurer la base industrielle de l’entreprise et renouer avec la compétitivité du groupe. Non sans casse. Le groupe va notamment arrêter ou céder certaines gammes de produits.

Enfin, Eurosatory 2012 a été l’occasion aussi de découvrir quelque 1 400 exposants venus présenter entre autres des mini-drones, des blindés ou les dernières innovations en matière de défense et armement. Parmi ces exposants, ceux qui contribuent à assurer la sécurité des soldats en Afghanistan grâce à leurs innovations. Malgré eux, ils étaient sous les feux des projecteurs après le décès de quatre soldats quelques jours avant l’ouverture du salon de la défense et de la sécurité terrestres.

Lundi 11 juin
Dur réveil pour certains. Doux pour d’autres. Les ministres en particulier ont de quoi être satisfaits des résultats du premier tour des élections législatives. Plusieurs d’entre eux, dont le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, sont été élus d'emblée, alors que la plupart des autres sont en ballotage favorable pour le second tour de ce 16 juin 2012.

Ce lundi est aussi tourné vers le nucléaire, encore et toujours en débat en France. A l’approche de la grande concertation sur le sujet prévue pour l’automne, les différentes parties prenantes de ce secteur revoient leurs arguments. Les partisans du nucléaire craignent que le débat ne vire à la question pour ou contre cette énergie. Dans le même temps, les opposants appellent à une vision claire de l’avenir et à la place des renouvelables.

Mardi 12 juin
Surprise dans le petit monde de l’automobile. Le numéro deux du constructeur Renault, Carlos Tavares, appelle à un soutien du marché automobile français et européen. Sans préciser sous quelle forme il souhaite cette aide, sa demande n’est pas sans rappeler la mise en place de la prime à la casse lors de la crise de 2008.

En réponse à cette demande le gouvernement assure dès le lendemain qu’il y songe. Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, assure avoir mis à l’étude un tel projet mais explique n’avoir aucun détail à donner pour l’heure. L’occasion pour lui au passage d’affirmer la position du gouvernement quant au développement des voitures électriques dans l’Hexagone. Le gouvernement est donc bien décidé à réussir cette rupture technologique.

Ce même mardi, c’est un tout autre dossier qui se referme après plusieurs rebondissements. C’est finalement le groupe Eurotunnel qui reprend les actifs de l’ex-compagnie de ferries SeaFrance. Le prix maximum de 65 millions d’euros avait été proposé par l'entreprise pour l’acquisition des trois navires Rodin, Berlioz, Nord-Pas-de-Calais. Un prix très légèrement supérieur à celui qu’offrait l’alliance franco-danoise Louis-DreyfusArmateurs/DFD. Cette décision représente un rebondissement d’envergure car jusqu’au dernier moment c’est le scénario d’une vente aux enchères publiques des navires qui tenait la corde.

Mercredi 13 juin
L'affaire trouve ses origines quelques mois en arrière, mais apparaît au grand jour dans les médias seulement maintenant. Bruxelles a décidé de geler tous les paiements du Fonds européen de développement régional (Feder) pour la France. En cause ? De mauvaises pratiques concernant les subventions des actions collectives aux entreprises. Sont principalement touchés par cette décision les pôles de compétitivité et les agences de développement économiques. En réaction, le Conseil régional de Provence Alpes Côte d’Azur décide de verser des crédits pour compenser le blocage des fonds européens. Une manière de rassurer les pôles locaux.

Ce mercredi, le ministre du Redressement productif confirme une information révélée par L’Usine Nouvelle. 22 délégués au redressement productif vont être nommés en région. Leur mission sera d’organiser le sauvetage des PME en difficulté. A côté des préfets de région, ces nouveaux délégués au redressement productif devront assurer un rôle "d'ensemblier" en coordonnant la négociation entre les créanciers, les services de l'Etat et les dirigeants de l'entreprise et les partenaires sociaux.

Jeudi 14 juin
C’est en ce jeudi que débute le festival du numérique Futur en Seine, à Paris et dans sa région. Un des moments forts : la présentation de 80 projets ou prototypes au sein du Villages des innovations, au 104, dans le XIXe arrondissement de la capitale. Le design est à l'honneur cette année.

Rien ne va plus dans le domaine du pétrole. Après la décision prise par le gouvernement le 13 juin d’arrêter les opérations d’exploration pétrolière en Guyane, les pétroliers sont inquiets. Shell notamment et ses partenaires s’interrogent sur l’avenir de leur permis, voire sur son abrogation. Shell n’a pas encore pris la décision de dérouter la flotte de bateaux en route vers la Guyane pour la campagne d’exploration. Elle doit arriver sur site le 19 juin. Chez le pétrolier, "on espère encore trouver un compromis sur la Guyane".

A l’inverse du côté des associations écologistes, comme Greenpeace, on se réjouit de cette décision, même si on attend la confirmation officielle de la part du gouvernement.

La ministre de tutelle, Nicole Bricq pour sa part, continue de justifier sa décision par la nécessité de "réorganiser les modes et conditions d’attribution et de prolongement des permis de recherche (…), il sera procédé à une remise à plat des permis concernés".

Vendredi 15 juin
L’Opep assure qu’un baril à 110 dollars ne représenterait "pas une menace pour la croissance économique mondiale". Une manière de revenir sur la demande faite par l’organisation la veille lors d'un grande réunion entre les différents partenaires. Elle veut inciter ses membres à diminuer leur offre au regard de la conjoncture marquée notamment des cours du baril en fort recul. L’Opep a donc décidé de maintenir le plafond de production fixé en décembre 2011 à 30 millions de barils par jour (mbj) pour la totalité des Etats membres. Elle les a encouragés à respecter ce seuil et donc "à diminuer leur offre de 1,6 mbj au total".

Vendredi est la journée où le dossier Doux revient sur le devant de la scène avec un démenti de la part de la banque britannique Barclays face à des rumeurs de presse, assurant qu’elle avait trouvé un plan de sauvetage pour le volailler. "Les termes du plan de sauvetage financier du groupe Doux sont toujours en cours de négociation entre les différentes parties prenantes, a déclaré Barclays. A ce stade, aucun accord n'a été finalisé et aucune garantie ne peut être donnée sur l'issue de ces discussions".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS