L'Usine Aéro

DCNS sur tous les fronts : sous-marins français, BPC russe et sauvetage en mer

, , ,

Publié le

Le constructeur naval militaire assurera la maintenance des sous-marins français pour 1 milliard d’euros et le soutien des CROSS pour le sauvetage en mer. Son BPC parade en Russie dans l'espoir d'une commande.

DCNS sur tous les fronts : sous-marins français, BPC russe et sauvetage en mer © DCNS

Les entreprises citées

Un milliard d’euros pour l’entretien des sous-marins français. Au terme d’une procédure non soumise à concurrence (en raison du caractère stratégique), le groupe public s’est vu notifier officiellement les deux contrats de maintien en condition opérationnelle (MCO) des sous-marins de l’armée française. Une prestation d’un milliard d’euros.
D’une durée de cinq ans (2010-2014), le premier contrat (plus de 500 M€) concerne les six sous-marins nucléaires d’attaque (SNA), basés à Toulon. Il comprend essentiellement l’entretien courant des six navires de type Rubis, le grand carénage des sous-marins Casabianca, Emeraude et Rubis (chantier de 18 mois avec débarquement et remontage de l’ensemble des équipements) et l’arrêt intermédiaire de 9 mois du Saphir pour remplacer les éléments combustibles de la chaufferie nucléaire.
D’une durée de cinq ans et demi (novembre 2009-décembre 2015), le second contrat (près de 500 M€) consiste à entretenir les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) à Brest. Il comprend aussi la maintenance des plates-formes d’entraînement des équipages, celle des outillages spécifiques de la Marine nationale, et celle des services à terre (comme les stations d’antennes relais).

Le BPC fait une escale commerciale en Russie. Le Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Mistral de la Marine Nationale accoste dans le centre de Saint-Pétersbourg du 23 au 26 novembre. Les Russes, qui montrent un fort intérêt pour le BPC depuis cet été, vont examiner de près ses capacités techniques. A l’encontre de leur tradition de préférence nationale, ils envisagent d’en acquérir un premier exemplaire, avant d’en produire quatre sous licence dans ses chantiers. Le BPC n’est pas le seul sur les tablettes russes, les navires hollandais et espagnol sont également sur les rangs.
Construit par DCNS et STX France (ex Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire), le second plus gros navire de la flotte française (après le porte-avions Charles-de-Gaulle) peut être employé lors de missions de maintien de la paix, de secours ou de lutte contre la piraterie, et lors d’opérations aéroportées. Ce qui ne rassure pas la Georgie. Ce dossier très politique sera probablement évoqué en fin de semaine à l’occasion de la visite en France du premier ministre Vladimir Poutine. Un éventuel succès constituerait une aubaine pour STX, dont le carnet de commandes reste désespéramment vide pour l’année prochaine.

Soutien des CROSS français pour la recherche et le sauvetage en mer. DCNS a remporté l’appel d’offres de la direction des Affaires Maritimes pour épauler les Centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS) dans leur mission de recherche et de sauvetage en mer. Baptisé Marylin, ce marché consiste à améliorer l’analyse en temps réel des données lors de situation de danger en mer. Ce système d’information doit assurer une coordination accrue entre l’ensemble des acteurs de la sécurité maritime (Affaires Maritimes, Marine nationale, gendarmerie, sécurité civile, douanes…). Le système Marylin constitue une partie de la solution Matrics (Maritime TRaffic Intelligence & Contol of the Sea) de DCNS. Celle-ci vise à renforcer l’efficacité et la réactivité de la sûreté maritime via des capacités d’observation étendues et des moyens d’intervention appropriés.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte