L'Usine Aéro

DCNS remporte un contrat d'un milliard d'euros en Egypte

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

L' industriel de la défense navale a récemment signé un contrat de vente pour quatre corvettes. Le premier exemplaire sera fabriqué à Lorient, les trois suivants en Égypte.

DCNS remporte un contrat d'un milliard d'euros en Egypte © D.R. - DCNS

DCNS, le spécialiste français des bâtiments de défense navale,vient de remporter un contrat de vente de quatre frégates auprès de la marine égyptienne. Si l'information révélée par le journal en ligne La Tribune ce mardi 3 juin n'est pas officiellement confirmée, des sources liées à l'industriel confirment ce succès. Le montant de la transaction est évaluée à 1 milliard d'euros. L'offre de l'industriel français aurait été préférée à celles de ses concurrents, l'allemand TKMS et le néerlandais Damen. Ce type de bâtiment, généralement fortement armé permet de neutraliser d'autres navires de surface mais également des sous-marins et des aéronefs militaires.

Le contrat s'accompagne de transferts de technologies. Seule la première corvette sera construite à Lorient, les trois suivantes seront assemblées directement en Egypte. Il n'y a d'ailleurs quasiment plus de contrats signés en matière de défense qui n'intègrent ce type d'exigence. Ainsi la Malaisie, premier client des corvettes Gowind avec six exemplaires achetés, a exigé de bénéficier du design de la corvette.

Développé sur fonds propres

Ce nouveau succès confirme la stratégie "export" de DCNS, entreprise privée détenue à 64% par l'Etat et 35% par Thales. L'entreprise de Lorient a en effet conçu la famille des navires Gowind directement pour attaquer les marchés exports et non en l'adaptant d'un produit initialement conçu et spécifié par la marine nationale. Cette gamme a été développée sur les fonds propres de l'entreprise et de tel sorte que son prix soit abordable par des marines qualifiée de second rang.

Alors que les crédits de Défense de l'état français sont sous pression, DCNS souhaite en effet réduire sa dépendance vis à vis des commandes de la marine nationale. L'objectif de son PDG Patrick Boissier est de faire en sorte que le naval de défense à l’exportation représente le même poids que celui de la marine nationale dans l’activité de son groupe.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte