DCNS : "Nous accélérons sur l’éolien flottant"

Frédéric le Lidec, directeur Energies marines renouvelables de DCNS, signe ce mardi 14 octobre un accord avec la Région Bretagne pour développer le site d’éolien flottant de l’île de Groix. Hier, DCNS annonçait un accord sur cette activité avec Alstom. Le dirigeant explique à L’Usine Nouvelle pourquoi et comment DCNS accélère sur l’éolien flottant.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

DCNS :

L'Usine Nouvelle - Vous venez d’annoncer un accord avec Alstom, aujourd’hui c’est avec la Région Bretagne que vous signez. Vous voulez accélérer sur l’éolien flottant ?

Frédéric le Lidec - Nous accélérons sur l’éolien flottant pour être synchrones avec le calendrier de l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) annoncé par le président de la République il y a un an et confirmé par la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, au printemps dernier. L’AMI éolien flottant devrait être lancé en 2015. Pour y participer, nous travaillons en parallèle sur la technologie, avec Alstom, et sur les projets, avec la Région Bretagne pour le site au large de l’île de Groix, dans le Morbihan.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Quel est l’objectif de l’accord avec Alstom ?

L’objectif est d’être capable de réaliser dès 2017 un système d’éolienne flottante qui puisse produire de l’électricité au meilleur coût. L’approche de notre partenariat consiste à prendre l’éolienne Haliade de 6 MW et à la modifier à la marge - 10-20% des pièces au maximum - pour qu’elle accepte de rouler, tanguer, pilonner... Cela permet d’alléger les contraintes sur flotteur et donc de réduire sa taille et son coût.

Comment allez-vous travailler ensemble ?

Alstom apportera son savoir-faire reconnu de turbiniste ainsi que toute la supply chain qualifiée pour l’Haliade. Nous apporterons nos compétences dans la stabilisation de plates-formes ainsi que toute l’expérience acquise dans le cadre du projet Winflo. Nous avons, en particulier, développé un outil de modélisation permettant une approche globale du système : éolienne, flotteur, ancrage. Il faut bien avoir conscience que l’optimisation de la production d’une éolienne flottante est un sujet extrêmement compliqué.

Qu’est-il prévu dans l’accord avec la Région Bretagne pour le site de Groix ?

Nous voulons anticiper l’AMI car les temps de développement de projets sont longs, même si nous travaillons sur le site de Groix depuis des années. Notre accord prévoit de caractériser le site, ses contraintes physiques – houle, courant, etc.- et la ressource vent, mais aussi de travailler sur l’acceptabilité et, in fine, de réaliser une étude d’impact afin d’être prêt à déposer un dossier dès début 2016. Nous espérons que le site de Groix sera retenu par l’AMI car, outre le vent qui y est présent, c’est un site très représentatif de l’Europe du Nord, qui sera le marché principal de l’éolien flottant.

Comment voyez-vous les étapes futures ?

Après le lancement de l’AMI, qu’on espère pour le premier semestre 2015, nous imaginons installer à Groix une première éolienne flottante développée avec Alstom en 2017-2018 pour la tester, puis passer sur ce même site à une ferme pilote de 8 machines avant 2019. Les fermes commerciales viendront ensuite. Le chemin est encore long, mais nous sommes confiants.

Quel sera l’impact du changement de direction de DCNS sur la stratégie du groupe dans les énergies marines renouvelables ?

Il est trop tôt, et ce n’est pas à moi de me prononcer ! Notre nouveau PDG, Hervé Guillou, est arrivé fin juillet. Il est dans une phase d’analyse et d’audit des activités du groupe qui n’est pas terminée. Il a déjà confirmé qu’il y avait une place pour les énergies marines chez DCNS et, vous le voyez, nous continuons à travailler et à signer des accords ! Notre diversification dans les EMR date de cinq ans. Il s’agit de prendre le temps d’un bilan pour éventuellement infléchir les choses

Propos recueillis par Manuel Moragues

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS