Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

DCNS Cherbourg "centre nerveux" du programme de conception de sous-marins pour l’Australie

, , , ,

Publié le

Avec 2 100 salariés auxquels s’ajoutent 900 employés de sous-traitants, DCNS Cherbourg-Octeville (Manche) réalise actuellement quatre sous-marins Barracuda pour la Marine nationale française. Le site qui fabrique des sous-marins depuis 100 ans sera au cœur de la préparation du contrat de conception des douze futurs sous-marins Barracuda de la Marine australienne.



Crédit DCNS - Le sous-marin Barracuda.

Le groupe français DCNS qui conçoit et construit des sous-marins à Cherbourg-Octeville (Manche) depuis plus de 100 ans est entré le 26 avril en négociations exclusives avec les autorités australiennes pour la conception de 12 sous-marins de type Barracuda (90 mètres de long ; 4 500 tonnes) qui seront fabriqués au chantier d’Adelaïde en Australie.

"Du fait de sa spécialisation dans les sous-marins, le site de Cherbourg sera le centre nerveux de la préparation de ces négociations exclusives", indique Jean-Marie Daviron, directeur communication du pôle défense navale du groupe DCNS. Le porte-parole précise que l’Australie n’a "pas encore arrêté le type d’accompagnement" qu’elle allait choisir en matière de transfert de technologies.

DCNS Cherbourg qui emploie 2 100 salariés, auxquels s’ajoutent 900 employés de sous-traitants, réalise actuellement quatre sous-marins de type Barracuda pour la Marine nationale française ; l’un des quatre sous-marins est entré en phase finale de réalisation. La principale différence entre le modèle réalisé à Cherbourg et le modèle choisi par l’Australie concerne le mode de propulsion ; les Barracuda destinés à la France sont à propulsion nucléaire ; l’Australie a elle, opté pour une propulsion Diesel électrique.

A Cherbourg, DCNS assure la fabrication de la coque des Barraduca ainsi que l’intégration de l’ensemble des équipements, composants et pièces fabriqués par DCNS dans ses différentes usines, ou par d’autres industriels dont Schneider Electric, Thalès et Areva.

Le leader mondial du naval de défense dispose, par ailleurs, d’une expertise reconnue en matière de transfert de technologies avec les marines nationales de pays émergents tels que l’Inde et le Brésil. Mais, souligne DCNS, "chaque pays client a sa façon de voir" dans ce domaine, l’accompagnement pouvant aller jusqu’aux audits de chantier dans le cas de l’Inde.

DCNS : "partenaire international privilégié"

DCNS Cherbourg se verra-t-il confier la réalisation d’un prototype pour l’Australie ? La direction du groupe sort son joker sur cette question et avance un chiffre ; ce travail de conception pour le modèle dérivé du Barracuda représente environ 4 millions d’heures de travail pour le groupe DCNS.

"C’est un grand succès pour notre pays, pour DCNS et pour notre ville" ont déclaré dans un communiqué commun Benoît arrivé, maire PS de Cherbourg-en-Cotentin (commune nouvelle de 83 000 habitants) et de Geneviève Gosselin-Fleury, députée PS de la Manche, dès l’annonce par les autorités australiennes du choix de DCNS comme "partenaire international privilégié" pour leur programme de sous-marins. "Le site de Cherbourg, spécialiste historique du sous-marin est conforté par cette commande ainsi que l’ensemble des entreprises partenaires (…)".

Claire Garnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle