Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Davigel pose aujourd’hui la première pierre de son futur atelier "cuisine traiteur"

, , ,

Publié le

Le fournisseur de la restauration commerciale et collective, filiale de Nestlé, va investir 40 millions d’euros dans une usine à Noyal-Pontivy (Morbihan). L’installation sera dédiée à la restauration hospitalière et créera 90 emplois en CDI.

Davigel pose aujourd’hui la première pierre de son futur atelier cuisine traiteur © Davigel

Davigel pose aujourd’hui à Noyal-Pontivy, dans le Morbihan, la première pierre de sa future usine d’une surface de 15 000 mètres carrés dédiée exclusivement à la restauration hospitalière. 40 millions d’euros vont être investis dans cette "cuisine traiteur" qui sera opérationnelle à la fin de l’année 2014. Un total de 90 emplois en CDI y sera créé.

L’entreprise, dont le siège social est situé à Martin-Eglise, en Seine-Maritime, va y fabriquer une centaine de plats cuisinés salés vendus surgelés et adaptés aux pathologies des malades hospitalisés. Une quinzaine de diététiciens et cuisiniers se chargent d’élaborer les recettes.

Avec un chiffre d’affaires de 783 millions d’euros en 2012 pour un effectif de 3 000 salariés, Davigel a choisi Noyal-Pontivy pour ce projet car il y partage déjà à parité la propriété de la société locale Houdebine SAS, composée de 360 salariés réalisant 70 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012. Elle approvisionne Davigel en plats cuisinés depuis de nombreuses années et va, d’ici à la mise en fonctionnement du nouvel atelier "Cuisine Traiteur", se charger de produire les plats dédiés aux malades. Son dirigeant, Michel

Houdebine, se retire pour prendre sa retraite et le capital de sa société devrait être prochainement totalement contrôlé par Davigel.

Priorité à l’économie régionale

Pour son nouveau site, le fournisseur de la restauration commerciale et collective va s’approvisionner principalement auprès des producteurs bretons de légumes, de viandes et autres matières premières nécessaires à sa gamme hospitalière, pour laquelle il affiche d’importantes ambitions. La filiale de Nestlé entend en effet devenir un acteur de premier plan dans ce type de restauration. Elle a décroché quelques premiers clients comme le CHU de Toulouse, à qui elle livre 1,8 million de repas par an. Le marché est très vaste. Il est estimé à 2 milliards d’euros annuels pour 992 millions de repas servis dans les 13 371 établissements hospitaliers publics et privés.

Stanislas du Guerny

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle