Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Daunat investit et recrute en Saône-et-Loire

, , ,

Publié le

Le spécialiste du snacking Daunat vient d’investir 3 millions d’euros dans une nouvelle ligne de production et annonce le recrutement de 52 CDI et 100 CDD sur son site de Sevrey (Saône-et-Loire).

Daunat investit et recrute en Saône-et-Loire
Près de 8 000 snacks à l’heure pour Daunat
© Daunat

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Spécialiste du snacking, le groupe Daunat a installé un de ses quatre sites de production en Saône-et-Loire, dans la zone industrielle des Fosses Blanches, à Sevrey, près de Chalon-sur-Saône, en 1999. C’est sur ce site que Daunat a tout dernièrement investi 3 millions d’euros dans une nouvelle ligne de production pour son activité "snacks chauds" et recrute 52 personnes en CDI et 100 en CDD. "Notre objectif est double, nous explique Yannick Gobin, directeur du site. Nous souhaitons faire baisser la précarité et accompagner la croissance."

600 000 euros de budget formation

L’usine de Sevrey (Saône-et-Loire), qui emploie en moyenne 500 personnes en équivalent temps plein par an, dont 460 permanents, a débloqué 600 000 euros de budget pour pouvoir former son personnel. "L’an dernier, nous avons embauché en tout 330 personnes", précise Yannick Gobin. Aujourd’hui, le site recrute 52 CDI et 100 CDD de six mois dans le but d’être formé pour évoluer vers un CDI. "Nous recherchons principalement des conducteurs de machines, pas spécialement spécialisés dans l’agroalimentaire puisque nous pouvons les former ensuite", complète-t-il.

Près de 8 000 snacks à l’heure

À cette vague de recrutements s’ajoute un investissement de 3 millions d’euros pour le site de production. "On passe au 21ème siècle avec cette nouvelle ligne", assure le directeur du site. En cours d’installation, cette nouvelle ligne permettra de produire, d’ici la fin du mois de mars, quelques 4 000 snacks chauds à l’heure. Ce n’est pas moins d’une dizaine de personnes qui travailleront sur cette ligne pensée et construite avec les salariés du site. Aujourd’hui, le snack froid reste le cœur de notre métier et représente 90 % de notre volume d’affaires. Mais le marché français du snack chaud évolue de 5 % par an en volume", explique Yannick Gobin qui ambitionne de devenir un acteur majeur sur ce nouveau marché.

Antonin Tabard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle