Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Dassault se voit en chef de file pour le futur chasseur européen qui succèdera au Rafale

, , , ,

Publié le , mis à jour le 14/04/2018 À 10H19

Dassault Aviation veut prendre la tête du développement du futur avion de combat européen dans le cadre du programme franco-allemand de système de combat aérien du futur (Scaf), a déclaré son directeur général au magazine WirtschaftsWoche.

Dassault se voit en chef de file pour le futur chasseur européen qui succèdera au Rafale
Un avion Rafale. Dassault Aviation veut prendre la tête du développement du futur avion de combat européen dans le cadre du programme franco-allemand de système de combat aérien du futur (Scaf), a déclaré son directeur général au magazine WirtschaftsWoche. /Photo prise le 12 novembre 2017/REUTERS/Satish Kumar
© Satish Kumar Subramani

Dassault veut être le capitaine de l'équipe franco-allemande qui va concevoir le futur avion de chasse européen. "L'expérience a montré que si on veut qu'un projet de défense réussisse, il faut que quelqu'un en soit le responsable, le leader", déclare Eric Trappier, le directeur général de Dassault, dans un entretien accordé à l'hebdomadaire allemand WirtschaftsWoche.

La France et l'Allemagne devraient annoncer les premiers détails sur le futur successeur du Rafale (construit par Dassault), de l'Eurofighter (construit par Airbus, BAE Systems et Leonardo) et du Gripen suédois lors du salon aéronautique ILA qui se tient à Berlin du 25 au 29 avril. "Nous pouvons prendre le rôle principal", a ajouté Eric Trappier, cité par WirtschaftsWoche. "Le fait est que nous sommes la seule entreprise en Europe à pouvoir construire un avion de combat complet de A à Z et que nous sommes les seuls à avoir 70 ans d'expérience et de compétences", a-t-il fait valoir.

Bataille avec Airbus

Il a dit ne pas s'attendre à une opposition d'Airbus si le groupe européen ne devait avoir qu'un rôle secondaire dans le projet, selon le magazine. Le directeur général d'Airbus Defence and Space, Dirk Hoke, a également revendiqué l'année dernière le rôle principal dans le programme, au regard de l'importance du projet pour l'industrie aérospatiale européenne.

"C'est un programme conjoint franco-allemand, et il est évident pour tout le monde dans le secteur qu'il doit aussi s'agir d'un effort conjoint de l'industrie", a déclaré le porte-parole d'Airbus, Florian Taitsch, à la question de savoir ce qu'il pensait des propos de Eric Trappier.

Un porte-parole du ministère allemand de la Défense s'est abstenu de tout commentaire.

Avec Reuters (Maria Sheahan, avec Andrea Shalal, Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle