Dassault et Airbus main dans la main pour le Rafale du futur, Alstom s'offre les trains de Bombardier, les micro-drones de Parrot en Suisse... Sept bonnes nouvelles pour débuter la semaine

Publié le

Les sept derniers jours ont été riches en bonnes nouvelles pour l'industrie. On récapitule comme chaque lundi matin. Au programme : Eiffage décroche un méga contrat pour une section d'autoroute en Allemagne, Alstom rachète la branche transport de Bombardier, Dassault Aviation et Airbus commencent à travailler sur le démonstrateur du SCAF.

Dassault et Airbus main dans la main pour le Rafale du futur, Alstom s'offre les trains de Bombardier, les micro-drones de Parrot en Suisse...
Les industriels français et allemands vont pouvoir commencer à travailler sur le prototype du Système de combat aérien du futur (SCAF), successeur du Rafale et de l'Eurofighter.
© Airbus

Dassault Aviation et Airbus vont enfin pouvoir travailler sur le démonstrateur du SCAF, le Rafale du futur

Les industriels français et allemands vont pouvoir commencer à travailler sur le prototype du Système de combat aérien du futur (SCAF), successeur du Rafale et de l'Eurofighter. Les gouvernements des deux pays ont signé le 20 février un accord cadre initial pour enfin amorcer ce chantier visant à créer un concurrent au F-35 de l'américain Lockheed Martin.

Le français Eiffage décroche un contrat phare pour le plus grand projet de partenariat public-privé autoroutier d'Allemagne

Un consortium mené par le groupe français du BTP Eiffage a décroché un contrat de partenariat public-privé pour des travaux estimés à 1,5 milliard d'euros sur une section de l'autoroute A3 en Bavière.

Alstom s’offre les trains de Bombardier pour 6 milliards d’euros et promet "ni restructuration, ni menaces sur l'emploi"

Alstom a annoncé le 17 février le rachat de Bombardier Transport pour une somme comprise entre 5,8 et 6,2 milliards d’euros. La transaction doit encore être validée par Bruxelles, qui avait mis son veto à une fusion avec l’allemand Siemens en 2019. Son PDG, Henri Poupart-Lafarge, se justifie sur l'accord signé avec l'industriel canadien.

Sanofi s'associe aux États-Unis pour développer un vaccin contre le coronavirus Covid-19

Sanofi a annoncé le 18 février s'associer avec le ministère de la Santé américain pour la production d'un vaccin contre le coronavirus Covid-19. Le laboratoire pharmaceutique français compte approfondir ses recherches sur un "vaccin-candidat préclinique avancé contre le Sras".

L'école d'ingénieurs Centrale Supelec devient partenaire de l'Agence spatiale européenne

L’école d’ingénieurs Centrale Supelec et l’Agence spatiale européenne ont signé le 19 février un accord sur la création de l’ESA lab@CentraleSupélec. Objectifs pour l’établissement : encourager les étudiants à s’emparer du spatial et renforcer son écosystème.

Le PDG de Naval Group fixe le cap pour son successeur après une année 2019 solide

Naval Group a présenté le 21 février ses résultats financiers pour l’année 2019. Le groupe maritime français a enregistré un niveau record de prises de commandes. L'occasion aussi pour le PDG sur le départ, Hervé Guillou, de passer le relais sur les chantiers à venir.

Le français Parrot va équiper l'armée suisse en micro-drones

Le premier groupe de drones européen, Parrot, a été choisi pour équiper les forces armées suisses en micro-drones. Une bonne nouvelle pour le spécialiste de cette technologie après une année 2019 compliquée.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

25/02/2020 - 14h11 -

De très bonnes nouvelles pour aujourd'hui mais je préconise le: "ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué" donc "wait and see" sur les realisations alisations de ces beaux projet. En Suisse, l'affaire Crypto AG a révélé la complicité existante depuis 1952 entre la Suisse et la CIA pour espionner tous les échanges secrets d'environ 120 pays...donc est-ce un avantage in fine pour la France de vendre les microdrones de Parrot a la Suisse? Avec un risque très légitime d'utilisation de rétro technologie pour perfectionner des armes étasunienne ou que les États-Unis ne développe un système de contrôle sur ces appareils voire s'en défendre efficacement !! Là nous commencerions sérieusement à ecorner la fiabilité et la sécurité de "l'Europe de la Défense" si chère à notre président !! Mais n'a-t-il pas fallu auparavant déjà un "accord du monde politique français" pour la vente de technologie de pointe dont Parrot en est un des leaders europeens ?? La politique est ambiguë souvent..
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte