Dassault Aviation et Safran prennent les commandes industrielles du futur avion de combat franco allemand

La ministre française des Armées et son homologue allemande signent mercredi 6 février les premiers contrats industriels relatifs à l'avion de combat franco allemand, le SCAF. Dassault Aviation et Safran jouent les premiers rôles.

Partager
Dassault Aviation et Safran prennent les commandes industrielles du futur avion de combat franco allemand
En accord avec l'Allemagne, la France détient le leadership du programme d'avion de combat du futur.

Ce mercredi 6 février sera -t-il reconnu historiquement comme celui de la naissance industrielle du SCAF (système du combat aérien du futur), le futur avion de combat franco-allemand ? La ministre des Armées Florence Parly et son homologue allemande Ursula von der Leyen signeront cet après-midi les premiers contrats avec les motoristes à Gennevilliers (Hauts de Seine) dans l'usine de Safran. L'industriel y fabriquera notamment les aubes (les ailettes) du futur moteur de l'appareil. Une fonderie de nouvelle génération est inaugurée à cette occasion. Pour rappel, cet appareil doit remplacer à l'horizon 2035, les Rafale de l'armée française et les Eurofigther allemands.

Dassault Aviation et Airbus vont bénéficier d'un contrat de 65 millions d'euros pour mener les premières études de définition à travers un financement franco-allemand. Ils devront définir le design de l'appareil, mais également son environnement immédiat comme les drones qui l'accompagneront dans sa mission ainsi que ses capacités à s'approcher et à déjouer les défenses aériennes adverses...

un moteur plus puissant

Safran va obtenir un financement de la part de DGA (Direction générale pour l'armement) de 115 millions d'euros dans le cadre d'un programme d'études amont de cinq ans (2019-2024), notamment pour concevoir les parties dites "chaudes" du moteur, dont la chambre à combustion. Le motoriste n'est pas le seul industriel à se réjouir. Berlin et Paris vont également contractualiser avec les industriels en charge de la cellule de l'appareil.

Qu'il soit civil ou militaire, le moteur reste l'élément critique à développer pour un tel appareil. Les idées se précisent dans ce domaine. Les armées veulent un moteur plus puissant que le M88 du Rafale actuel pour être capable d'emporter plus d'armement. Le moteur devra travailler à des températures de l'ordre de 2100°C, contre 1850°C pour le Rafale. Cela nécessitera de développer de nouvelles technologies et d'envisager de le recours à de nouveaux matériaux car à ces températures-là, les métaux classiquement utilisés fondent.

Safran travaillera en partenariat avec l'allemand MTU, partenaire avec lequel il collabore déjà sur l'A400M, l'avion de transport militaire. Son partenaire aura notamment en charge les aspects concernant le maintien en condition opérationnelle (MCO).

Tirer les leçons de l'A400M

Les deux Etats ont voulu tirer les leçons des problèmes survenus lors des précédents programmes en coopération comme l'A400M d'Airbus Military qui avait multiplié les retards et les surcoûts. D'une part, en accord avec l'Allemagne et pour éviter un éparpillement des responsabilités, la France possède le leadership sur le programme. Dassault Aviation et Safran sont désignés comme les pilotes industriels majeurs du programme. Les deux pays resteront les deux acteurs de référence du SCAF même s'ils envisagent de s'ouvrir à d'autres nations comme l'Espagne qui frappe déjà à la porte.

D'autre part, les industriels ont été choisis pour leurs compétences et non pas pour leur permettre de développer des compétences qu'ils n'ont pas au risque de fragiliser le programme. Dès le début du programme, la problématique de l'exportation est intégrée. Pour ne pas être sujet à des réglementations qui empêcheraient sa vente à l'étranger comme la réglementation ITAR, le SCAF ne fera pas appel à des technologies et des composants étrangers considérés comme sensibles.

Les deux pays ont réaffirmé leur objectif de franchir encore une nouvelle étape au moment du salon aéronautique du Bourget en signant en juin prochain les contrats pour des démonstrateurs, à la fois pour le moteur et pour la cellule.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

DASSAULT AVIATION

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Spécialiste Equipements Sous Pression Nucléaires en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 18/01/2023 - CDI - Saint-Genis-Laval

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

13 - Meyreuil

Aménagement de la Bastide Ballon

DATE DE REPONSE 13/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS