Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Dassault Aviation et Safran prennent les commandes industrielles du futur avion de combat franco allemand

Hassan Meddah , , ,

Publié le

La ministre française des Armées et son homologue allemande signent mercredi 6 février les premiers contrats industriels relatifs à l'avion de combat franco allemand, le SCAF. Dassault Aviation et Safran jouent les premiers rôles.

Dassault Aviation et Safran prennent les commandes industrielles du futur avion de combat franco allemand
En accord avec l'Allemagne, la France détient le leadership du programme d'avion de combat du futur.
© Dassault Aviation - V. Almansa

Ce mercredi 6 février sera -t-il reconnu historiquement comme celui de la naissance industrielle du SCAF (système du combat aérien du futur), le futur avion de combat franco-allemand ? La ministre des Armées Florence Parly et son homologue allemande Ursula von der Leyen signeront cet après-midi les premiers contrats avec les motoristes à Gennevilliers (Hauts de Seine) dans l'usine de Safran. L'industriel y fabriquera notamment les aubes (les ailettes) du futur moteur de l'appareil. Une fonderie de nouvelle génération est inaugurée à cette occasion. Pour rappel, cet appareil doit remplacer à l'horizon 2035, les Rafale de l'armée française et les Eurofigther allemands.

Dassault Aviation et Airbus vont bénéficier d'un contrat de 65 millions d'euros pour mener les premières études de définition à travers un financement franco-allemand. Ils devront définir le design de l'appareil, mais également son environnement immédiat comme les drones qui l'accompagneront dans sa mission ainsi que ses capacités à s'approcher et à déjouer les défenses aériennes adverses...

un moteur plus puissant

Safran va obtenir un financement de la part de DGA (Direction générale pour l'armement) de 115 millions d'euros dans le cadre d'un programme d'études amont de cinq ans (2019-2024), notamment pour concevoir les parties dites "chaudes" du moteur, dont la chambre à combustion. Le motoriste n'est pas le seul industriel à se réjouir. Berlin et Paris vont également contractualiser avec les industriels en charge de la cellule de l'appareil.

Qu'il soit civil ou militaire, le moteur reste l'élément critique à développer pour un tel appareil. Les idées se précisent dans ce domaine. Les armées veulent un moteur plus puissant que le M88 du Rafale actuel pour être capable d'emporter plus d'armement. Le moteur devra travailler à des températures de l'ordre de 2100°C, contre 1850°C pour le Rafale. Cela nécessitera de développer de nouvelles technologies et d'envisager de le recours à de nouveaux matériaux car à ces températures-là, les métaux classiquement utilisés fondent. 

Safran travaillera en partenariat avec l'allemand MTU, partenaire avec lequel il collabore déjà sur l'A400M, l'avion de transport militaire. Son partenaire aura notamment en charge les aspects concernant le maintien en condition opérationnelle (MCO).

Tirer les leçons de l'A400M

Les deux Etats ont voulu tirer les leçons des problèmes survenus lors des précédents programmes en coopération comme l'A400M d'Airbus Military qui avait multiplié les retards et les surcoûts. D'une part, en accord avec l'Allemagne et pour éviter un éparpillement des responsabilités, la France possède le leadership sur le programme. Dassault Aviation et Safran sont désignés comme les pilotes industriels majeurs du programme. Les deux pays resteront les deux acteurs de référence du SCAF même s'ils envisagent de s'ouvrir à d'autres nations comme l'Espagne qui frappe déjà à la porte.

D'autre part, les industriels ont été choisis pour leurs compétences et non pas pour leur permettre de développer des compétences qu'ils n'ont pas au risque de fragiliser le programme. Dès le début du programme, la problématique de l'exportation est intégrée. Pour ne pas être sujet à des réglementations qui empêcheraient sa vente à l'étranger comme la réglementation ITAR, le SCAF ne fera pas appel à des technologies et des composants étrangers considérés comme sensibles.

Les deux pays ont réaffirmé leur objectif de franchir encore une nouvelle étape au moment du salon aéronautique du Bourget en signant en juin prochain les contrats pour des démonstrateurs, à la fois pour le moteur et pour la cellule.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

08/02/2019 - 11h11 -

Au risque d'être un empêcheur de tourner en rond, cet avion NE SE FERA PAS. Il faut absolument préparer Dassault etc...à faire leur avion seul. Des gens jouent les agents doubles voire triple dans cette affaire..Ce n'est pas seulement la faute des allemands où des Français en eux mêmes qui sont assez intelligents pour avoir compris qu'ils peuvent faire ce superbe avion..c'est surtout parce que certains français et certains allemands et pas des moindre sont, disons, très influencés par des intérêts américains et aussi anglais . Ils font tout pour saboter le projet et comme l'oncle sam pour l'instant tient ses vassaux....Ce n'est pas moi qui le dit..et l'usine nouvelle le sait trés bien...Le seul espoir d'une réussite est la volonté des partenaires, si elle n'est pas sciée dés le départ....par nos "amis"..ceci évidemment si les choses changent en Europe...ce qui n'est pas impossible.D’ailleurs airbus est aussi dans la ligne de mire: sabotage des ventes et amende gigantesque...
Répondre au commentaire
Nom profil

11/02/2019 - 08h30 -

Quelles sont vos sources? Est-ce juste une déduction/ un sentiment/une intuition?
Répondre au commentaire
Nom profil

16/05/2019 - 04h59 -

"Ce n'est pas moi qui le dit." Ah, si si, c'est vous qui le dites. Et vous dites de la m***e. Parce que vous ne savez pas de quoi vous parlez. Vos propos sont lamentablement ridicules.
Répondre au commentaire

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle