Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Dassault annonce son divorce avec Safran et la fin du programme Falcon 5X

Anne-Katell Mousset , , ,

Publié le

Dans un communiqué, l'avionneur Dassault annonce engager le processus de résiliation du contrat du moteur Silvercrest que devait lui fournir Safran et l’arrêt du programme Falcon 5X. Il prévoit le lancement d’un nouvel avion avec une entrée en service en 2022.

Dassault annonce son divorce avec Safran et la fin du programme Falcon 5X
Le Falcon 5X
© Dassault Aviation

Entre Dassault Aviation et Safran, rien ne va plus. Dans un communiqué, l'avionneur annonce qu'il lance le processus de résiliation du contrat Silvercrest, le moteur développé par Safran. Cela conduit "à l’arrêt du programme Falcon 5X", indique Dassault. 

Depuis le début du développement de ce programme d'avion d'affaires, le Falcon 5X enchaîne les retards. Le moteur Silvercrest de Safran aurait dû être livré fin 2013. Mais, Safran a rencontré de nombreuses difficultés pour le développer, le Silvercrest étant son premier moteur pour l'aviation d'affaires. Le nouveau calendrier prévoyait une livraison des moteurs fin 2017, repoussant l'entrée en service du Falcon 5X de 2017 à 2020.

Alors que Dassault continuait la campagne d'essais du nouvel avion (avec des moteurs provisoires), Safran vient d'informer son client qu'il rencontrait des problèmes sur le compresseur haute pression entraînant "un retard supplémentaire et de nouvelles dégradations de performances, rendant impossible l’entrée en service de l’avion en 2020", explique Dassault. 

Pratt & Whitney à la rescousse

Dassault justifie sa décision de l'arrêt du programme par "l’ampleur des risques techniques et calendaires du Silvercrest". L'avionneur se tourne maintenant vers le motoriste Pratt & Whitney Canada, pour développer un nouvel avion d'affaires "reprenant le diamètre fuselage du Falcon 5X, avec un range de 5 500 Nm et prévu pour une entrée en service en 2022", précise Eric Trappier, le Pdg de Dassault Aviation. 

De son côté Safran informe "que les pénalités contractuelles au titre du développement du moteur ont déjà été provisionnées dans ses comptes" et confirme ses perspectives pour 2017.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus