Transports

Dans une semaine, le verdict va tomber pour les nouvelles rames RER NG

Olivier Cognasse , ,

Publié le

Peu d’annonces à l’occasion du Comité stratégique de la filière ferroviaire qui s’est tenu aujourd’hui, lundi 5 décembre 2016, mais la SNCF a assuré qu’elle ferait connaître sa décision dans une semaine, selon les informations obtenues par l’Usine Nouvelle.

Dans une semaine, le verdict va tomber pour les nouvelles rames RER NG
Regiolis d'Alstom
© Alstom Transport

Lundi 5 décembre 2016, se tenait à Bercy un comité stratégique de la filière ferroviaire annoncé à grand renfort de communication, notamment avec les déclarations du secrétaire d’Etat à l’Industrie, Christophe Sirugue pour protéger les industriels européens devant la menace chinoise. Finalement, très peu d’annonces ont été faites au cours de cette réunion qui rassemblait les acteurs de la filière.

La SNCF a tout de même compris que l’annonce des noms des gagnants de l’appel d’offre record de 3,5 milliards d’euros pour les rames de RER NG ne pouvait pas attendre, même si le suspens a disparu depuis la disqualification de l’espagnol CAF. L’officialisation aura lieu le 12 ou 13 décembre prochain et désignera l’attelage Alstom/Bombardier.

Au moins 4000 emplois encore menacés

Après les commandes pour Alstom Belfort, les 40 TER pour la Normandie et les 52 Franciliens qui feront tourner l’usine Bombardier de Crespin (Nord), l’avenir est un peu plus radieux. Certaines usines pourront tourner sans problème après 2020, voir 2025. Mais pas toutes ! Selon un proche du dossier, présent à Bercy, au lieu des 10 000 emplois menacés avant les annonces de ces dernières semaines, 4000 à 5000 postes risquent encore de disparaître dans les prochaines années. La modernisation du réseau à marche forcée a été confirmée et devrait créer de l’emploi sur ce secteur. Malgré les annonces, la fragilité de la filière, notamment chez les sous-traitants reste d’actualité.

En marge de cette réunion, l’appel d’offre pour les lignes structurantes des Trains d’équilibre du territoire (ex-Intercités), fait réagir un spécialiste présent à Bercy : "Avec le transfert de lignes aux Régions, qui commanderont des rames de type TER, une appel d’offre pour 30 ou 40 rames roulant à 250 km/h est absolument anti-économique et personne ne va y répondre. Dans quelques mois plus personne n’en parlera." A suivre ….

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte