Dans les vaccins, clap de fin pour l’alliance entre Sanofi et l’américain MSD

Respectivement numéros un et deux mondiaux, les fabricants de vaccins MSD et Sanofi Pasteur viennent de mettre fin à leur co-entreprise commerciale en Europe. 215 emplois devraient être supprimés, dont 115 dans l’Hexagone, où se trouvait le siège.

 

Partager


Sanofi Pasteur

La rumeur courait depuis un certain temps. Les fabricants de vaccins français Sanofi Pasteur et américain MSD ont finalement annoncé le 8 mars la fin de leur co-entreprise en Europe, vingt-deux ans après sa mise en place.

A l’époque, il y avait "une vision stratégique et une logique, avec la complémentarité des portefeuilles et des présences territoriales", confie un porte-parole de Sanofi Pasteur. MSD (connu sous le nom de Merck&Co aux Etats-Unis) disposait d’un vaccin contre l’hépatite B, Sanofi – très présent en Europe et tout particulièrement en France - de tous les autres composants des vaccins pédiatriques… De quoi lancer ensemble notamment le premier vaccin hexavalent, qui allait s’imposer pour protéger les enfants. Et choisir de s’allier commercialement pour servir dix-neuf pays européens, dont l’Hexagone.

Mais les noces ont perdu de leur attrait, s’accordent les deux entreprises. Entre temps, MSD est devenu le numéro un mondial des vaccins, selon son porte-parole, avec 5,8 milliards de dollars de ventes et 28% de parts de marché. Sanofi Pasteur s’adjugeant la deuxième place avec 5,5 milliards de dollars et 20% de ce marché particulièrement concentré, aux fortes barrières à l’entrée, où s’affrontent également les géants GSK et Pfizer.

CHIFFRE D'AFFAIRES EN BAISSE POUR LA coentreprise

Les deux partenaires se sont progressivement retrouvés avec de nombreux vaccins concurrents, notamment dans l’hépatite, et sur un territoire ne couvrant même pas toute l’Europe. En 2015, les ventes de la JV ont même baissé de 2,8% pour atteindre 824 millions d’euros, principalement en raison de problèmes d’approvisionnement, assure-t-on chez Sanofi Pasteur.

Chacun a vu ses ventes mondiales de vaccins progresser l’an dernier et entend désormais répondre seul à de fortes ambitions, en Europe comme à l’international. Chez le groupe pharmaceutique MSD, recentré en 2013, "les vaccins font partie de nos quatre aires thérapeutiques prioritaires", confie son porte-parole. L’américain, qui a notamment mis au point un vaccin innovant contre Ebola, a de nouveaux lancements à venir.

Afin de maintenir une présence européenne dans les vaccins, qu’il fabrique notamment dans une usine aux Pays-Bas, MSD reprendra l’activité opérationnelle de la co-entreprise, ainsi qu’une partie de ses effectifs, dont 158 postes en France et le siège lyonnais. En Europe, la co-entreprise dispose d’environ 950 salariés, dont 402 en France.

Onze vaccins en cours de développement chez Sanofi

Sanofi, de son côté, intégrerait 129 postes dans l’Hexagone, dont 104 commerciaux. "En reprenant la maîtrise de nos activités de commercialisation sur l’ensemble de l’Europe, nous pourrons optimiser la promotion de nos vaccins actuels dans chacun des pays, mais aussi accompagner plus efficacement la mise sur le marché des 11 vaccins actuellement en cours de développement ou de soumission au sein de Sanofi Pasteur", estime son PDG Olivier Charmeil, dans une note interne envoyée aux salariés ce mardi. Le français planche aussi sur un vaccin novateur contre Zika.

115 emplois devraient malgré tout disparaître au sein de la co-entreprise dans l’Hexagone, principalement des fonctions support, "sur la base de départs volontaires et de pré-retraites", insistent les entreprises. Sur le reste du Vieux Continent, une centaine d’autres emplois serait supprimée. Mais "Sanofi va-t-il vraiment garder des visiteurs médicaux, alors qu’il y a déjà un plan de départ volontaires en cours avec le projet Forward ?", s’inquiète Humberto De Sousa, délégué syndical central adjoint CFDT de Sanofi Pasteur.

Investissements si réorganisation chez Sanofi Pasteur

"Sanofi Pasteur veut doubler son chiffre d’affaires dans les dix ans, mais à effectif constant voire moins d’effectif. Et il fait peser une sorte d’épée de Damoclès sur les salariés en leur disant que s’ils ne travaillent pas plus et n’atteignent pas des objectifs de rentabilité, le groupe ne donnera pas suite aux investissements annoncés en France", déplore le représentant syndical, faisant allusion au projet de réorganisation de la division annoncé en fin d'année dernière pour répondre à la forte croissance mondiale.

"Ce sont deux choses indépendantes, répond le porte-parole de Sanofi Pasteur. Mais vu nos perspectives et ce que nous voulons faire en Europe en terme de croissance, cela ne fait qu’augmenter le fait qu’il faut que nous produisions plus dans nos usines."

Gaëlle Fleitour

0 Commentaire

Dans les vaccins, clap de fin pour l’alliance entre Sanofi et l’américain MSD

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Industrie pharmaceutique

VALVES SOUDABLES

OPS PLASTIQUE

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS