Dans la Somme, une ferme se digitalise pour explorer le futur de l'agriculture

A Aizecourt-le-Haut, dans la Somme, la Chambre d'agriculture a investi une ferme de 340 hectares pour y tester les dernières innovations technologiques et agronomiques, en conditions économiques réelles. Les drones et le big data figurent au cœur du dispositif.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Dans la Somme, une ferme se digitalise pour explorer le futur de l'agriculture
Ce robot de désherbage commercialisé par Naïo Technologies est autonome grâce au guidage laser et à une caméra.

Un drone-hélicoptère qui reconnaît les différents types de plants, un drone doté d’un système de pulvérisation intégré, un automoteur qui transfère des données à distance, un robot ressemblant à s’y méprendre à ceux utilisés dans l’espace (photo)… Toutes ces technologies ne sont pas regroupées dans la Silicon Valley mais au cœur d’une exploitation agricole située en plein cœur de la Somme, à Aizecourt-le-Haut, destinée à devenir un lieu d’expérimentation d’innovations au service des professionnels des grandes cultures.

"Nous avons une convention de sept ans pour le développement d’expérimentations afin de tester les nouvelles technologies, les objets connectés, la robotique… et de les diffuser dans la grande région et en France. Nous opérons en grandeur nature, sur une vraie ferme, ce qui ne se pratique pas beaucoup. En étant chez un vrai agriculteur, il faut toujours assurer la rentabilité de l’exploitation. Nous y avons intégré la dimension agroécologique, en produisant autant, voire plus, avec moins de produits phytosanitaires", explique Aurélien Deceuninck, responsable de l’équipe Productions végétales et agronomie de la Chambre d’agriculture de la Somme, qui porte le projet.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A LIRE AUSSI

L’équipe de la Chambre s’est installée au cœur des 340 hectares de l’exploitation de Jean-Marie Deleau, 68 ans, qui, faute de repreneur, a voulu accompagner la mutation du secteur. "Je souhaite contribuer à l’évolution de l’agriculture, avec de nouvelles technologies. Je suis pragmatique", indique-t-il. Les concessionnaires pourront y tester leurs matériels, parallèlement aux acquisitions de la Chambre.

"Les agriculteurs font partie des professionnels les plus formés lorsqu’ils s’installent. Il faudra utiliser ce type d’exploitation pour poursuivre ce travail", abonde le président de l’Institut Polytechnique LaSalle Beauvais, Sébastien Windsor, également à la tête de la Chambre d’agriculture de Seine-Maritime.

L’azote, l’irrigation et la lutte contre les maladies comme enjeux-clefs

Dans les faits, huit modèles agronomiques ont été mis en place sur la ferme, autour de trois objectifs : le pilotage de la fertilisation azotée, le pilotage de l’irrigation et la lutte contre les maladies. Des outils de pilotage de l’azote en végétation sont testés à l’aide de drones, avec des solutions industrielles existantes. Un système d’irrigation conçu par Arvalis prend quant à lui en compte la réserve hydrique du sol, le stade de la plante et les éventuelles pluies mesurées par radar au cœur d’une parcelle de pommes de terre.

Sur une parcelle de flageolets, la Chambre d’agriculture de la Somme et Bonduelle testent un outil d’aide à la décision pour l’irrigation des légumes de plein champ (carottes, pommes de terre, etc). BASF et Syngenta ont quant à eux apporté leur contribution dans le domaine du risque maladie. Des innovations destinées à mieux programmer les interventions fongicides et à déterminer le développement du mildiou sont aussi testées, respectivement sur des parcelles de blé tendre et de pommes de terre.

A LIRE AUSSI

Le big data au centre de la transformation digitale

Ces expérimentations in situ parachèvent la transformation digitale de la Chambre d’agriculture de la Somme, initiée en 2011. Elle a acquis trois drones et formé six personnes à leur usage. Une quatrième acquisition est en cours. 10 800 hectares de blé ont été survolés, dans le département, au cours de l’année écoulée.

Cette politique s’est renforcée, en novembre 2015, avec l’embauche d’un géomaticien et responsable du big data, Jérôme Cipel. "Il faut être capable de mettre de l’ordre dans les données. On ne parle pas de maximisation des rendements, mais d’optimisation des systèmes. Le big data est un enjeu global, mais aussi personnel, puisque l’on risque d’être submergé dans les données", précise-t-il.

Afin d’éviter une trop forte dépendance à des prestataires, la Chambre a choisi de traiter elle-même ses données et d’investir dans du matériel. Elle propose ses services aux agriculteurs du département et incite à l’usage de "Mes parcelles", un logiciel de conduite d’exploitation (assolement, déclaration PAC, doses d’azote, documents techniques, pilotage de la performance…) lancé en partenariat avec les Chambres de l’Aisne et de l’Oise. Pour le président de la Chambre d’agriculture de la Somme, Daniel Roguet, "il faudra quand même que l’homme reste entier dans sa décision !"

Découvrir en images 7 technos utilisées à Aizecourt:

A LIRE AUSSI

Franck Stassi

Partager

SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS