Dans la lutte contre les mégots, les industriels ne jouent pas le jeu selon le gouvernement

Le ministère de la Transition écologique et solidaire avait demandé aux industriels du tabac de faire des propositions concrètes pour la lutte contre les mégots. Pour l'instant, le compte n'y est pas selon le gouvernement. Ils ont jusqu'au vendredi 5 octobre pour se rattraper.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Dans la lutte contre les mégots, les industriels ne jouent pas le jeu selon le gouvernement
Le gouvernement demande aux industriels de faire des propositions chiffrées dans la lutte contre les mégots.

En juin, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, recevait les industriels du tabac pour leur demander de réfléchir, pour septembre, à des propositions de mesures pour lutter contre les mégots. Cette semaine, elle doit faire le point avec eux.

Mais selon le ministère, "le compte n’y est pas" : les premières propositions qui lui ont été transmises restent centrées sur des mesures d’information. Aucun engagement chiffré en matière de réduction des mégots présents dans l’environnement. Rien non plus pour le financement de programmes, comme pour la recherche d’une meilleure "écoconception" de leurs produits.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Alors que les industriels semblent croire que la lutte contre la pollution des mégots ne passe que par l’éducation des fumeurs, le ministère rappelle que la gestion des déchets en France fonctionne sur une double responsabilité, celle du consommateur mais aussi celle du producteur.

"Cela ne suffit pas"

Pour Brune Poirson, "les mesures transmises, sans objectif chiffré, manquent d’ambition pour protéger notre environnement. Seuls les fumeurs et leurs incivilités sont pointés du doigt. Cela ne suffit pas. Il faut dépasser le constat et proposer des actes. Notre environnement mérite des engagements chiffrés."

En juin, elle précisait que si les propositions paraissaient insuffisantes, le gouvernement reprendrait la main "avec la mise en œuvre d’une responsabilité élargie des producteurs, à l’instar de ce qui se pratique pour la plupart des produits de consommation courante".

Les industriels ont jusqu’au vendredi 5 octobre pour proposer du concret. S’ils ne jouent pas le jeu, une filière à responsabilité élargie des producteurs devrait effectivement être créée.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS