Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Dans la course aux volumes, Toyota se replie à la troisième place

Julie Thoin-Bousquié , , ,

Publié le

Toyota rétrograde à la troisième place sur le plan des ventes de véhicules dans le monde. Le groupe Volkswagen et l’Alliance Renault-Nissan se disputent la première place.

Dans la course aux volumes, Toyota se replie à la troisième place
Toyota a vendu en 2017 10,4 millions de véhicules dans le monde.
© Flickr - d3ims - c.c

C’est une place qu’il a longtemps occupée sans partage. L’ancien numéro un mondial, Toyota, a rétrogradé l’année dernière à la troisième place sur le plan des ventes. Selon les chiffres donnés mardi 30 janvier, le constructeur automobile japonais a écoulé 10,4 millions de véhicules à travers la planète en 2017, ce qui constitue une progression de 2,1% par rapport à 2016… mais reste insuffisant pour permettre au géant asiatique de doubler ses deux concurrents, le groupe Volkswagen et l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Le recul est donc confirmé pour Toyota, qui avait trusté la première place de 2008 à 2015, exception faite de 2011 où le fabricant de la Yaris avait absorbé les conséquences de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Qui est le premier?

En face, le groupe Volkswagen a été porté par les performances de ses multiples marques. Bilan: ses ventes se sont hissées au cours de l’année 2017 à 10,74 millions de véhicules, soit une hausse de 4,3% par rapport à 2016. L’entreprise allemande a été notamment portée par la reprise du marché brésilien, ainsi que le retour du marché russe après plusieurs années de crise. Des pays qui ont aussi fait les beaux jours de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, dont les ventes ont cru au global de 6,5% à 10,6 millions d’unités au cours de l’année écoulée.

A en croire les chiffres indiqués par chacun, le classement des plus gros vendeurs de voitures dans le monde semble donc clair: le groupe Volkswagen truste la première place, tandis que Renault-Nissan s’impose à la deuxième place et Toyota à la troisième. Pas si simple toutefois, car le groupe Volkswagen intègre dans ses résultats globaux ses ventes de poids-lourds. Ce qui n’est pas pour plaire à toutes les parties prenantes. Lors de son audition à l’Assemblée nationale le 17 janvier dernier, le PDG de l’Alliance franco-japonaise Carlos Ghosn a ainsi certifié que son groupe était "le premier groupe automobile mondial". Et de justifier: "En général, les poids lourds ne rentrent pas dans nos statistiques. Donc si vous enlevez les poids lourds, Volkswagen est à 10,540 millions, Toyota à 10,4 millions, nous sommes à 10,6 millions et il n’y a plus de discussion possible".

Des économies d’échelles

Ces discussions prouvent que la course aux volumes continue d’exister dans le secteur automobile… en dépit de ce qu’en disent les patrons des grands groupes. A l’Assemblée nationale, Carlos Ghosn a insisté sur le fait que "ce n'est pas un objectif, mais c’est une satisfaction de dire qu'il n'y a personne qui peut nous gagner en matière d'échelle". Chez PSA, Carlos Tavares avait considéré début 2017 que "la course au volume [était] une dimension d'un autre âge", comme l'avait souligné à l'époque Les Echos, quelques mois avant le rachat de la marque allemande Opel à son historique propriétaire General Motors.

Si les constructeurs privilégient la rentabilité aux volumes, ces derniers leur permettent toutefois de réaliser des économies d’échelles considérables. Un apport non-négligeable alors que les réglementations de plus en plus strictes en matières d’émissions polluantes renchérissent le coût des véhicules, et que le développement des véhicules autonomes et connectés oblige par ailleurs les acteurs historiques de l’automobile à se positionner sur de nouvelles compétences qu’ils ne maîtrisaient pas forcément auparavant. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle