Dans l'est de la Moselle, davantage de papiers triés à moindre coût

Le Syndicat mixte de transport et de traitement des déchets ménagers de Moselle-Est a installé 325 collecteurs de papier-carton en apport volontaire. L’enjeu : se préparer à l’extension des consignes de tri, et abaisser le coût de la collecte.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Dans l'est de la Moselle, davantage de papiers triés à moindre coût
Dans l'est de la Moselle, les papiers-cartons doivent être séparés des autres déchets recyclables.

Un camion-benne arrime, à l’aide d’une perche, un container bleu rutilant. En moins de deux minutes, celui-ci vole rapidement dans les airs, est déchargé, et retourne à sa base. Le conducteur doit être irréprochable sur la manœuvre : 325 bacs de collecte de papiers-cartons, en apport volontaire, ont été installés, depuis juillet, dans les 59 communes des intercommunalités de Sarreguemines Confluences et de Forbach Porte de France par le Syndicat mixte de transport et de traitement des déchets ménagers de Moselle-Est (Sydeme).

Avec ce dispositif, 1100 tonnes supplémentaires de papiers-cartons doivent être collectées chaque année. Les nouveaux points d’apport volontaire permettent aussi d’accroître les performances économiques de la collecte sur le territoire concerné : le coût annoncé revient à moins de 200 euros par tonne, contre environ 400 euros à l’échelle nationale.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une nouvelle étape pour l’organisation, qui prend en charge 200 000 tonnes de déchets par an, dont l’objectif est de se préparer à l’extension des consignes de tri… et une nouvelle habitude à prendre pour les 147 000 habitants concernés. En Grand-Est, le tri des papiers est toutefois déjà bien intégré : avec 26 kg par habitant en 2017, ce chiffre est supérieur de 27% à la moyenne nationale. "La région Grand-Est est le berceau du recyclage. La Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, la Suisse ont permis de démarrer les approvisionnements", rappelle Christophe Neumann, directeur Grand-Est et Bourgogne-Franche-Comté chez Citeo. L’éco-organisme issu de la fusion d’Eco-Emballages et d’Ecofolio a cofinancé les containers.

Accroître la qualité du tri avec un coût de collecte abaissé

"L’obligation de recycler toutes les matières plastiques nous oblige à revoir notre modèle de trois sacs de déchets recyclables, biodéchets et déchets non-recyclables", précise le président du Sydeme, Serge Starck, dont l’objectif est de revendre des produits papiers les moins souillés possibles à l’usine de Golbey (Vosges) de Norske Skog, la plus grosse papeterie d’Europe de l’Ouest, et à Suez pour les cartons. Son centre de traitement des ordures ménagères de Saint-Avold (Moselle) a traité l’an dernier 11826 tonnes de papiers-cartons, en qualités 1.05 (ondulés récupérés), 1.11 (papiers graphiques triés pour désencrage) et 1.02 (papiers et cartons mêlés, triés).

Le centre de tri du Sydeme doit prochainement être modernisé.

"On cherche à minimiser le gros de magasin (qualité 1.02). Les cours ont baissé. La Chine ayant fermé ses frontières, des marchandises de Grande-Bretagne ont inondé le marché français", observe Serge Starck, dont le prochain projet consiste à moderniser son centre de tri, ouvert en 2004 pour une capacité de 12 000 tonnes de déchets par an, et qui en traite actuellement 26 000. L’équipement "a déjà vécu deux fois sa vie", regrette-t-il. Il doit être modernisé d’ici à 2020, si le budget (en déséquilibre depuis trois ans) le permet. Pour l’heure, une application mobile recense les fameux containers bleus.

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS