L'Usine Nouvelle

L'Usine Agro

Danone se renforce en Nouvelle-Zélande pour reprendre pied en Chine

, ,

Publié le

Le groupe français Danone va racheter deux usines de lait en poudre en Nouvelle-Zélande pour mieux maîtriser la production de ses produits vendus en Chine.

Danone se renforce en Nouvelle-Zélande pour reprendre pied en Chine © Danone

Pour remonter la pente sur le marché chinois du lait infantile, après le faux scandale de contamination à la toxine botulique déclenché en août 2013 par le néo-zélandais Fonterra, leader mondial sur le marché des poudres de lait, Danone a décidé de prendre le taureau par les cornes. Après avoir rompu ses approvisionnements avec Fonterra et engagé des poursuites judiciaires contre son ancien sous-traitant, le groupe français a annoncé qu’il allait racheter deux usines en Nouvelle-Zélande, par le biais de sa filiale locale Nutricia : le site de séchage de lait de Gardians et celui de mélange et de conditionnement de Sutton Group.

"Cette transaction apportera à Nutricia une importante capacité de séchage de lait, ainsi qu'un accès à une offre de lait frais sur le long terme", explique Nutricia, dans un communiqué, sans donner de précisions financières. Elle va également permettre au groupe de maitriser entièrement sa chaine de fabrication depuis le séchage du lait jusqu’au conditionnement et se prémunir ainsi d’éventuels risques non maitrisés en passant par des sous-traitants. 

Le site de Gardians produira les marques Karicare et Aptamil de Danone, vendues en Nouvelle-Zélande et exportées vers l'Australie, Hong Kong, Taïwan et la Chine.

Une facture de 300 millions d’euros

Selon le PDG de Danone, Franck Riboud, le faux scandale du lait contaminé a coûté 300 millions d’euros au groupe, lié à un "arrêt brusque des ventes et à la destruction de stocks invendus". Une opération qui a sérieusement écorné la rentabilité du groupe en 2013. "Cette affaire a stoppé ce qui aurait dû être la plus belle année de Danone et effacé nos très bons résultats en Russie, notre co-leadership sur le yaourt grec aux Etats-Unis et notre renforcement en Afrique", s’est ému Franck Riboud, lors de l’assemblée générale des actionnaires le 29 avril. Sur le premier trimestre 2014, le chiffre d’affaires du pôle Nutrition infantile a reculé de 7,7 % par rapport au premier trimestre 2013 à données comparables, après un recul de 6,9 % sur le dernier trimestre 2013 par rapport à la même période de 2012. Le groupe attend un retour à la croissance de sa division sur le second semestre 2014.

Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte