Danone s'estime armé pour une croissance supérieure au marché

par Pascale Denis et Dominique Vidalon
Partager
Danone s'estime armé pour une croissance supérieure au marché
Danone s'est dit confiant dans sa capacité à renouer avec la croissance dans la nutrition infantile au second semestre 2019. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol

PARIS (Reuters) - Danone a affiché sa confiance lundi dans sa capacité à croître plus vite que ses concurrents d'ici à 2030, grâce au repositionnement de son portefeuille sur des produits jugés plus sains et plus en phase avec les attentes des consommateurs et à ses innovations créatrices de valeur.

Le propriétaire d'Evian, Activia, Alpro ou Aptamil, qui organisait une conférence devant les investisseurs à Londres, a confirmé tous ses objectifs fixés pour 2020, hormis celui de 12% de rendement des capitaux investis, reporté à 2022 en raison des évolutions des taux de change et du référentiel comptable.

Il a également dit être "en bonne voie" dans la réalisation de son programme d'économies de 1,0 milliard d'euros à cet horizon.

Emmanuel Faber, PDG du groupe, a insisté sur les initiatives "sans précédent" prises ces dernières années par Danone pour modifier son modèle et sur "les objectifs constamment tenus malgré les vents contraires".

Trè attendu sur ses perspectives en Chine, le groupe a dit tabler sur un retour en terrain "très positif" au deuxième semestre 2019, sans plus de précision, alors que les bases de comparaison redeviendront plus favorables dans la deuxième partie de l'an prochain.

La division, une des plus rentables, a vu ses ventes chuter de 20% au troisième trimestre en Chine, plombées par la baisse de la natalité entamée en 2017 et des comparatifs très défavorables.

Si la natalité reste peu porteuse dans le pays, le groupe mise sur sa montée en gamme et notamment ses produits ultra premium comme le lait Aptamil Platinum susceptible de séduire les classes moyennes et supérieures du pays.

Pour l'ensemble de la division, l'objectif d'une croissance de plus de 5% d'ici à 2020 a été confirmé et à plus long terme, Danone s'est dit "extrêmement confiant" dans le potentiel de croissance du pays, notamment la nutrition médicale destinée aux personnes âgées.

DOUBLER LES VENTES DANS LE E-COMMERCE

Le groupe a également dit tabler sur un triplement des ventes de ses produits laitiers et d'origine végétale à 5,0 milliards d'euros d'ici à 2025 (1,7 milliard en 2018).

Pour y parvenir, il compte surtout sur l'essor du marché des produits bio et 100% végétaux - qui avance de plus de 8% par an - et mise sur ses marques Alpro ou Silk héritées du rachat de l'américain Whithewave.

L'objectif d'une croissance supérieure à 5% de la division eaux d'ici à 2020 a également été confirmé, tout comme celui parvenir à fabriquer des bouteilles d'Evian en plastique à 100% recyclé d'ici à 2025.

Le groupe a aussi dit viser un doublement de ses ventes dans le e-commerce d'ici à 2020, à 2,0 milliards d'euros.

Comme son grand concurrent Nestlé, Danone doit s'adapter à la concurrence accrue des marques locales, à une forte accélération du e-commerce et à une demande de consommateurs soucieux d'environnement, de bien-être, de bio et de traçabilité.

En Bourse, l'action Danone, restée en terrain négatif pendant toute la séance lundi, a perdu 1,03% à 63,14 euros, dans un marché parisien en repli de 0,49%.

La valeur, qui accuse une baisse de 9,6% depuis le début de l'année, à comparer à un recul de 4,6% de l'indice Stoxx européen de l'agroalimentaire, se traite sur des multiples de valorisation de 15,9 fois ses résultats estimés pour 2019, contre 19,9 fois pour son concurrent Nestlé.

Reprenant la parole en fin de séance, Emmanuel Faber a tenu à dévoiler que la moitié de sa rémunération était liée à l'évolution du cours de Bourse de Danone et que 80% de son patrimoine personnel était constitué d'actions du groupe.

D'ici à 2020, la marge opérationnelle courante devrait bien dépasser 16% (contre 14,36% en 2017), grâce notamment à l'accélération des innovations et aux gains de productivité.

La croissance des ventes devrait quant à elle être comprise entre 4% et 5% (+2,5% en 2017) en données comparables.

(édité par Catherine Mallebay-Vacqueur)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

DANONE

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Spécialiste Equipements Sous Pression Nucléaires en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

62 - Boulogne-sur-Mer

Démolition de bâtiments et de hangars à Capécure - Port de Commerce

DATE DE REPONSE 26/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS