Daniel Caclin, une pointure des télécoms au volant d'une start-up

Il y a une vie après France Télécom. Après avoir dirigé l'activité entreprises du premier opérateur français, Daniel Caclin, 52 ans, fait le double pari de la PME et de la fibre optique. Il devient P-DG d'Erenis.

Partager

Daniel Caclin, une pointure des télécoms au volant d'une start-up
L'opéra et les grandes randonnées en montagne avec sa fille aînée, ce sera pour plus tard. «Erenis m'occupe à 150 %», compte Daniel Caclin, le nouveau P-DG de l'opérateur pionnier de l'accès internet par fibre optique. Certes, le dirigeant a totalement changé d'univers. En 2004, il dirigeait encore la branche de France Télécom au service des multinationales, soit 9500 salariés, une présence dans 145 pays avec des ventes de 2,9 milliards de dollars. Lorsqu'il a quitté l'opérateur, ce père de 4 enfants, privilégiant un job à dimension plus humaine, s'est lancé dans l'activité d'investisseur privé en participant à la création de portails internet.

Très vite, le virus de l'opérationnel l'a gagné à nouveau. Mais fini les mégastructures lourdes à manoeuvrer ! La start-up de près de 130 personnes qu'il préside aujourd'hui et les challenges qui l'attendent lui vont comme un gant. Au milieu des travaux d'agrandissement d'Erenis, Daniel Caclin n'appréhende nullement ce grand saut. Au contraire. Même s'il a mené toute sa carrière chez France Télécom, cet XTélécom a eu l'occasion de toucher à tout : R&D, finance, ventes et marketing, direction régionale. En 1994, il a pris la direction de Transpac, une filiale spécialisée dans les transmissions de données. L'activité passera de 1000 à 3500 salariés et doublera ses ventes en cinq ans. Un tremplin qui le mènera directement à Equant, avec des responsabilités mondiales. Mais il lui faudra gérer le ralentissement du marché et procéder à la suppression de plusieurs milliers d'emplois.

Cette expérience du secteur a pesé lourd dans la décision des fondateurs d'Erenis, Frédéric Boutissou et Yan Tamalet, de lui confier la direction de leur entreprise. «Au moment où nous entrons dans une phase d'industrialisation et d'accélération, son expérience nous sera utile. Erenis a l'ambition de devenir dans cinq ans la principale alternative à France Télécom en Ile-de-France», indique Frédéric Boutissou. Pour cela, l'opérateur est l'un des pionniers de la fibre optique, un média qui permet de délivrer au consommateur des chaînes en haute définition ainsi que l'internet à très haut débit (60 MBps). Les investisseurs séduits par le projet, ont injecté 26 millions d'euros dans la société. D'ici à 2010, l'opérateur vise un million de clients contre moins de 10000 aujourd'hui. La route est encore longue. Mais comme le souligne Axel Haentjens, le directeur de la stratégie et du marketing de France Télécom, qui l'a longtemps côtoyé au sein de l'opérateur historique : «Daniel est un montagnard et un grand sportif. Comme pour les courses en montagne, il sait très bien doser son effort dans la durée pour arriver à son but».

Hassan Meddah

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS