Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Dalkia, l'atout renouvelable à valoriser

, , ,

Publié le

Avec Dalkia, EDF est présent dans l’efficacité énergétique et les réseaux de chaleur et de froid, qui sont de plus en plus alimentés par les énergies renouvelables.

Dalkia, l'atout renouvelable à valoriser
La chaufferie biomasse de Montargis (Loiret) alimente la ville en chaleur et en électricité.

En matière d’énergies renouvelables, il n’y a pas que le solaire, l’éolien et l’hydraulique. Il faut aussi compter avec la biomasse, la géothermie, la valorisation des déchets et le biogaz. Et dans ce domaine, EDF possède un atout sous-estimé : Dalkia. Longtemps détenue à parité par EDF et Veolia Environnement, l’entreprise est entrée dans le giron d’EDF le 25 juillet 2014 pour son activité française, quand l’international restait chez Veolia. Dans l’accord de scission, Dalkia ne pouvait utiliser sa marque qu’en France. À partir du 28 janvier 2018, il pourra aussi s’en servir à l’international. Ses activités, comme celles de Tiru (traitement des déchets), de Citelum (éclairage urbain), de Sodetrel (bornes de recharge électrique) et de NetSeenergy (efficacité énergétique des bâtiments), sont couvertes par une marque ombrelle, EDF Solutions énergétiques, créée en juin 2017. Avec cette marque, EDF valorise son savoir-faire en services énergétiques pour les entreprises et les collectivités, en France et à l’international. Et compte doubler le chiffre d’affaires de cette activité d’ici à 2025, via des acquisitions et des offres de services associant différents métiers. Le groupe s’est fixé un objectif de 11 milliards d’euros en 2030, contre 4,4 milliards en 2016, dont 3,6 milliards réalisés par Dalkia. EDF Solutions énergétiques sera piloté en 2018 par Frédéric Busin, qui dirigeait jusqu’en novembre EDF Solutions énergétiques insulaires (SEI) [lire l’article ci-contre].

Croissance soutenue

Dalkia est peut-être la solution pour permettre à l’énergéticien de développer autrement sa part de renouvelables et d’accompagner la transition énergétique du pays, comme le demande l’État actionnaire. « Avec ses deux métiers, le développement des énergies renouvelables (EnR) et les économies d’énergie, Dalkia est essentiel dans la stratégie de diminution des émissions de CO2 mise en œuvre par EDF avec Cap 2030. Mais les énergies renouvelables qu’il utilise sont celles dont on ne parle jamais », explique Sylvie Jéhanno, devenue PDG de Dalkia en janvier 2018, après avoir lancé la filiale Sowee dédiée à la maison connectée. L’entreprise revendique déjà 29 % d’EnR dans ses activités. « Et nous voulons dépasser 50 % d’ici à cinq ans », précise la dirigeante. Son plan 2022 comprend aussi un objectif de 100 % de clients connectés et un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros, contre environ 4 milliards en 2017. Une croissance qui devrait être réalisée équitablement entre la France et l’international, où la filiale d’EDF reprend peu à peu position. En commençant par la Pologne, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Russie, via des acquisitions. Dalkia lorgnerait aussi du côté de la Chine et du Moyen-Orient. Des pays qui s’engagent dans une transition énergétique affirmée.

Dalkia accompagne ses clients dans cette transition en les aidant à diminuer leur consommation d’énergie, et donc à faire des économies. « Nous nous engageons par contrat sur - 20, - 30, voire - 40 % », avance Sylvie Jéhanno. Avec des solutions innovantes, comme la thalassothermie à Marseille pour produire du chaud et du froid grâce aux calories de l’eau de mer. Mais aussi la récupération de la chaleur fatale des industries pour alimenter des réseaux de chaleur, notamment à Charleville-Mézières (Ardennes) avec la fonderie de PSA et à Dunkerque (Nord) avec un site d’ArcelorMittal. Sans oublier les datacenters. « En matière de récupération de chaleur fatale, Dalkia est pionnier », soutient la PDG. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), il existerait plusieurs centaines de térawattheures (TWh) à récupérer, dont 16 qui ne seraient pas très éloignés des réseaux de chaleur. Sur les 610 réseaux que compte la France, Dalkia en exploite 353.

Logique d’économie circulaire

La production de chaleur, qui représente 48 % de la consommation française d’énergie, est de plus en plus souvent réalisée à base d’EnR, notamment le bois énergie et la biomasse, dont Dalkia est le premier utilisateur en France. Une ressource locale située à moins de 80 kilomètres de son lieu de combustion, qui crée des emplois et valorise la forêt sans la détruire. La production de chaleur passe aussi par la valorisation des déchets, comme à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), pour chauffer les Parisiens. Enfin, une filiale dédiée, Dalkia Biogaz, est à la pointe de la production de biogaz par méthanisation. Elle a réalisé une belle ­opération à Tours (Indre-et-Loire), avec du biométhane réinjecté dans le réseau de GRDF en sortie d’une unité de traitement d’eau, à partir des boues d’épuration. « Pour ces énergies renouvelables, Dalkia est dans une logique d’économie circulaire et de valorisation locale des déchets, et non sur de la production dédiée de cultures énergétiques comme en Allemagne », précise Sylvie Jéhanno. La grande référence de l’entreprise reste sans aucun doute le réseau de chaleur de Lyon, qui va passer de 300 gigawattheures à 1 TWh de chaud et de froid, grâce à une grosse chaufferie biomasse, à beaucoup de numérique et à un investissement de près de 300 millions d’euros.

EDF doit encore valoriser ce savoir-faire et ce positionnement sur des EnR différentes, et surtout sur les économies d’énergie. En 2016, Dalkia affichait une économie de 2,5 TWh et 3,2 millions de tonnes de CO2 évitées. « Aujourd’hui, les clients ont bien compris que Dalkia était dans le groupe EDF, une marque de confiance qui nous consolide », observe Sylvie Jéhanno. En retour, EDF doit faire de l’entreprise une force et créer des synergies entre ses différentes filiales, notamment avec EDF Énergies nouvelles. 

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle