Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Daimler et Bosch vont bientôt tester des véhicules autonomes

, , , ,

Publié le , mis à jour le 05/02/2018 À 07H07

Daimler et Robert Bosch procèderont dans les mois qui viennent à des essais de conduite autonomes par le biais de "robotaxis", déclarent des responsables à l'hebdomadaire Automobilwoche.

Daimler et Bosch vont bientôt tester des véhicules autonomes
Daimler et Robert Bosch procéderont dans les mois qui viennent à des essais de conduite autonomes par le biais de "robotaxis", déclarent des responsables à l'hebdomadaire Automobilwoche.
© Thomas Hawk - Flickr - C.C

"Il y a aura des véhicules de test dans les rues dans les mois qui viennent", dit Volkmar Denner, président du directoire de Bosch, à l'hebdomadaire allemand Automobilwoche, sans être plus précis. Daimler, propriétaire de Mercedes-Benz, et l'équipementier automobile ont passé un accord en 2017 pour concevoir en commun des voitures autonomes, à l'exemple de bien de leurs concurrents.

L'alliance du leader mondial des voitures de luxe et du premier équipementier automobile mondial vient équilbrer la pression exercée par de nouveaux venus tels que les services de voitures avec chauffeur Uber et Didi, qui travaillent eux aussi sur la voiture autonome. Waymo, la filiale ad hoc d'Alphabet, a dit en janvier qu'elle avait démarré les tests de véhicules autonomes à Atlanta; ce sont au total 25 villes des Etats-Unis dans lesquelles Waymo procède à de tels essais.

Des véhicules autonomes de niveau 4 à 5

"En dehors de véhicules à autonomie élevée de niveau 3, nous proposerons aussi des véhicules entièrement autonomes - de niveau 4 à 5 - en conduite urbaine dans un avenir prévisible", dit Wilko Stark, vice-président de la stratégie de Daimler et de Mercedes-Benz. Une voiture de niveau 3 nécessite encore un volant et la présence du conducteur qui peut reprendre les commandes si nécessaire, alors qu'un véhicule de niveau 4 est doté en principe de fonctionnalités pouvant se passer d'un conducteur en se déplaçant dans des voies réservées. Un véhicule de niveau 5 n'a même plus de volant.

"La grande différence par rapport à la concurrence c'est que nous concevons nos véhicules comme des robotaxis dès le départ et non pas comme un paquet de technologies implantées sur des véhicules de série; il ne s'agit pas de faire les choses à moitié", ajoute Stark.

1 milliard d'euros de chiffre d'affaires dans la mobilité électrique

Dans le même hebdomadaire, Matthias Zink, patron de la division Automotive OEM de l'équipentier automobile Schaeffler, déclare que ce dernier a enregistré des commandes représentant au moins un milliard d'euros de chiffre d'affaires dans le domaine de la mobilité électrique. Schaeffler, principal actionnaire de l'équipementier Continental, a créé cette année sa propre filiale de mobilité électrique.

Interrogé sur d'éventuelles acquisitions, Klaus Rosenfeld, le président du directoire de Schaeffler, répond, dans le même entretien, que l'équipementier vise des acquisitions petites et ciblées et qu'il dispose de ce point de vue d'un grand terrain de chasse.

Pour Reuters, Christoph Steitz, Wilfrid Exbrayat pour le service français

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle