Dailymotion-Vivendi, gaz de schiste, Dim, cœur artificiel Carmat : la revue de presse de l'industrie

Sylvain Arnulf

Publié le

Le possible rachat de la plate-forme vidéo Dailymotion par Vivendi fait la une de l'actualité ce 7 avril. Le groupe français a confirmé avoir déposé une offre, sans en préciser le montant. On évoque également un rapport d'experts sur le gaz de schiste "enterré par le gouvernement" selon Le Figaro et les difficultés de Dim.    

Dailymotion : PCCW out, Vivendi in

 

 

Orange appuie sur la touche "avance rapide" dans le dossier Dailymotion. Alors que le géant français des télécoms tente de céder tout ou partie du capital de sa filiale depuis des mois, tout s'est accéléré le 6 avril. Le chinois PWWC s'est mis hors course face à  la "volonté exprimée du gouvernement français de favoriser la recherche d'une solution européenne". Quelques heures plus tard, Vivendi est sorti du bois : le groupe français a déposé une offre, selon des informations du Monde.fr confirmée par le groupe ce 7 avril.

"Le conglomérat, dont le directoire est présidé par Arnaud de Puyfontaine et le conseil de surveillance par Vincent Bolloré, se proposerait de racheter la quasi-totalité du site pour une somme de 250 millions d’euros", précisait Le Monde ce lundi.
L’offre qui a été négociée par le directoire de Vivendi devrait être présentée et débattue mardi 7 avril lors d’un conseil d’administration exceptionnel de l’opérateur, dont l’Etat est actionnaire à hauteur de 24,9 %, assurent plusieurs sources au Monde.

Un rapport sur le gaz de schiste en France enterré ?

 

 

Le Figaro publie ce 7 avril un rapport commandé par Arnaud Montebourg, à son arrivée à Bercy, sur les "nouvelles technologies d'exploration et d'exploitation des gaz de schiste". Ce document, pronant  l'expérimentation en France d'une technologie d'exploitation à base de fluoropropane, n'a jamais été rendu public par le gouvernement.

Lire notre article

Dim envisagerait de supprimer 400 postes en France

Selon les informations du Parisien, "moins d'un an après le rachat de Dim, son nouveau propriétaire Hanes envisage de supprimer 400 emplois en France, dont 160 au minimum à Autun, où Dim emploie actuellement 1 010 personnes. Les suppressions d'emplois envisagées par le groupe américain seraient d'abord des départs volontaires ou des départs en préretraite, dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui reste à définir.

Toujours selon Le Parisien, c'est toute la filière française du collant qui est en crise. "Autres collants made in France, la marque Gerbe est également en difficulté. Au point qu'elle serait à vendre par le groupe Rhovyl, ainsi que l'usine de Saint-Vallier (Saône-et-Loire). Du chômage partiel a frappé le site. Tout comme chez Perrin (Montceau), qui s'est distingué avec la marque Berthe aux Grands Pieds", précise le journal.

Les confessions du porteur du cœur artificiel Carmat

Dans le JDD de ce week-end, une longue interview du deuxième patient ayant reçu le cœur artificiel Carmat. "Monsieur M" (il a souhaité garder l'anonymat) explique à quel point sa vie a été transformée par la greffe.  "J'ai tout à fait récupéré. Je marche, je me lève et je me penche dix à quinze fois chaque jour, sans problème. Je garde mon équilibre. Je ne suis pas dérangé. Je n'y pense même pas. Je fais comme autrefois", raconte-t-il. "En fait je ne me suis jamais senti aussi bien. Intellectuellement, je réfléchis plus précisément à un tas de choses. C'est difficile à expliquer, je me sens plus rapide. Je n'ose pas dire plus intelligent… Mais avoir un cœur qui travaillait au ras des pâquerettes n'aidait pas. Ce nouveau cœur m'a transformé et m'a remis en selle".

L'homme, aujourd'hui âgé de 69 ans, dit ne pas être gêné par le cœur artificiel et son appareillage portatif ("Le cœur Carmat, on arrive à l'oublier facilement. Il ne faut pas oublier de charger les batteries, c'est tout"). Il confie son espoir de "vivre centenaire" et espère voir d'autres patients bénéficier prochainement d'une greffe similaire.

Sylvain Arnulf
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte