Daiichi Sankyo prévoit de licencier 284 de ses 303 salariés français

La direction européenne du groupe pharmaceutique japonais vient d'annoncer qu'elle prévoyait de se séparer de la quasi-totalité des effectifs de sa filiale française Daiichi Sankyo France, en licenciant 284 salariés sur les 303 que le groupe embauche dans l'Hexagone. L'information, rendue publique par l'AFP, est issue de l'intersyndicale constituée à cette occasion. Les 284 salariés touchés par ce plan social concernent la totalité des visiteurs médicaux ainsi que 67 salariés du siège social de la filiale, basé à Rueil-Malmaison dans les Hauts-de-Seine. Pour justifier cette décision, le fabricant japonais de principes actifs a expliqué aux salariés qu'il « fait face à un contexte particulièrement difficile », notamment en raison du « déremboursement effectif d'un médicament », l'olmésartan, prescrit contre l'hypertension, « qui représente une bonne part du chiffre d'affaires en France et [qui] sera déremboursé le 1er janvier », détaille un porte-parole de Daiichi Sankyo, contacté par l'AFP. Selon ce dernier, les médecins généralistes ne le prescriraient plus sachant que le médicament ne sera bientôt plus remboursé. « Le report par les institutions sanitaires françaises de la mise sur le marché » d'un autre médicament de Daiichi Sankyo, l'anticoagulant Lixiana, serait un autre facteur ayant poussé le Japonais à licencier. En outre, le porte-parole souligne que le groupe a subi une baisse de 80 % de son chiffre d'affaires par rapport à l'année dernière et des pertes de l'ordre de 15 millions d'euros en 2016. Selon les syndicats, regroupés en intersyndicale, la direction souhaite que les négociations aboutissent d'ici à la fin de l'année. CGT, CFE-CGC, Unsa et Usapie dénoncent tous un accompagnement minimum pour les salariés licenciés et s'inquiètent notamment pour les seniors, car aucune disposition de cessation anticipée d'activité ne serait prévue par le groupe pour le moment. Citant une source proche du dossier, l'AFP révèle que l'offre sur la table représente près de quatre ans de salaire en moyenne, et que le groupe souhaiterait conserver sa filiale française, avec le minimum légal de salariés pour pouvoir distribuer des produits en France, dans l'espoir de pouvoir réembaucher à l'avenir. Les salariés ayant été licenciés lors de ce plan social seraient alors prioritaires. En 2013, un plan social avait déjà touché la filiale française de Daiichi Sankyo et s'était conclu par 160 départs volontaires et six licenciements. Une grève du personnel est prévue le 24 novembre prochain, avec un rassemblement devant le ministère de la Santé.

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Expert(e) naval - Jauge (F/H)

BUREAU VERITAS - 11/06/2022 - CDI - Saint Herblain

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

66 - Banyuls-sur-Mer

Création d'un pavillon d'accueil au centre régional de la Sommellerie

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS