Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Daher se dévoile en Integral pour un marché de 20 milliards d’euros

Olivier Cognasse ,

Publié le

L’équipementier et logisticien français vient de présenter une offre unique pour attirer de nouveaux clients et doubler son chiffre d’affaires dans les services à moyen terme.

Daher se dévoile en Integral pour un marché de 20 milliards d’euros © L'Usine Nouvelle

Le groupe Daher ne se formalise pas d’avoir perdu le contrat avec Turbomeca (lire article du 19 juin) contre une PME bordelaise, GT Logistics. Didier Kayat, son directeur général, "cherche de la valeur ajoutée".

Depuis quinze ans, cette entreprise s’est totalement démarquée du marché "classique" de la logistique. "Nous avions décidé de ne pas faire la course à la taille". Au point qu’aujourd’hui, il est difficile de considérer le groupe comme un prestataire logistique, alors que la moitié de son activité est industrielle, notamment dans un rôle d’équipementier de rang 1.

Daher assure une palette d’activités faites sur-mesure selon les besoins des clients allant de l’organisation du transport à l’assemblage, en passant par la fabrication de modules et la gestion d’entrepôts, qu’il convenait de formaliser. C’est le but d’une offre globale appelée Integral, qui selon Didier Kayat "n’existe nulle part".

Les concurrents sont les sous-traitants, les logisticiens et les ingénieristes. Mais ils ne sont présents que partiellement. Au total, Daher a identifié un marché européen de 20 milliards d’euros par an. Et surtout 450 prospects, qui représentent 90 % du marché. Ce sont des entreprises qui réalisent plus de 250 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Soutien industriel intégré

Cette offre globale a demandé une dizaine de millions d’euros et cinq années d’investissements. L’idée est de proposer un "soutien industriel intégré" qui s’appuie sur une méthodologie, des diagnostics, le pilotage de projets et des prestations, sans oublier l’exploitation des outils développé pour les clients du groupe ou ses propres besoins.

Quand on demande à Didier Kayat, s’il ne s’agit pas seulement d’une offre marketing regroupant tout le savoir-faire de l’entreprise, il répond que "nous allons vendre de l’ingénierie industrielle et logistique qui restait jusqu’ici en interne, mais aussi du pilotage industriel. Nous avons développé Dagescope, un outil logiciel propriétaire qui propose de modéliser et d’analyser les situations. Il ne s’agit pas seulement de faire du tracing, mais de proposer des solutions quand, par exemple, un conteneur de pièces est bloqué en raison d’une grève, d’un tsunami ou d’un accident".

Control room

De même, le premier "control room", un système d’information qui permet de prendre le contrôle des opérations à la demande du client, sera testé à l’automne pour Iter, l’organisation internationale qui a entrepris la construction d’un réacteur expérimental de fusion nucléaire à Cadarache (Bouches-du-Rhône). Daher avait remporté  il y a quelques mois, l’appel d'offres mondial pour le pilotage logistique et le transport exceptionnel de grands composants du projet Iter.

Le PDG, Patrick Daher, dont le groupe réalise un chiffre d‘affaires de 900 millions d’euros, souhaite maintenir "cet équilibre" en doublant le chiffre d ‘affaires dans les cinq ans à venir. "Nous sommes aujourd’hui parmi les premiers équipementiers dans l’aéronautique et le nucléaire grâce aux efforts réalisés ces dernières années. Notre deuxième pari est maintenant d’industrialiser les services."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle