Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Daher s'apprête à renforcer son usine de Luceau

, , , ,

Publié le

L'équipementier aéronautique Daher a programmé un nouvel investissement capacitaire sur son site de Luceau (Sarthe), projet conditionné à des commandes attendues sous peu.

Les entreprises citées


©Daher - Ligne de production des trappes de l'A350-placement de fibre

Daher envisage toujours un plan d'investissement de l'ordre de 5 millions d'euros sur son site de Luceau (Sarthe), mais celui-ci reste conditionné à plusieurs contrats en cours de négociation, précise Vincent Chanron, directeur de la communication du groupe. Le projet serait dimensionné en conséquence et pourrait inclure une extension de l'ordre 4 000 mètres carrés, le terrain nécessaire étant préempté. Si décision il y a, elle pourrait intervenir dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

Airbus et Mitsubishi

Luceau, dont l'effectif est de 200 salariés environ, fabrique des tuyauteries haute et basse pression ainsi que des rampes pour le câblage électrique pour l'aéronautique. Le site travaille principalement sur le programme A350 d'Airbus et pour le MRJ 90, l'avion régional de Mitshubishi. Son ambition est de conquérir d'autres marchés internationaux. Il pourrait être aidé en cela par la nouvelle certification Nadcap pour son activité rayon X (contrôle non destructif). Déjà, il y a deux ans, l'industriel avait étendu son site de 2 500 mètres carrés, avec une réorganisation des lignes et l'automatisation de postes.

Usine du futur

Daher applique sur ce site, comme sur celui de Nantes (Loire-Atlantique) notamment, ses "principes d'usine du futur" mettant en œuvre une meilleure organisation de la production pour évacuer les tâches à faible valeur ajoutée. Cela passe par un approvisionnement optimisé des chaînes de production, une forte présence des robots sur les taches répétables, mais aussi des cobots (robots collaboratifs) sur les taches complexes et pénibles. "On vient remettre l'homme au cœur de l'usine", mentionne Vincent Chanron. Le tout implique un important volume de formation, abondamment soutenu dernièrement par la région des Pays de la Loire.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle