Dagniaux versus Danio : l'offensive d'un glacier de Roubaix contre Danone

Le glacier roubaisien Dagniaux a entamé un combat judiciaire contre le géant agroalimentaire français Danone. En cause, l'homonymie entre sa marque de glaces et le nom du yaourt hyperprotéiné Danio lancé par Danone début 2014, qui lui aurait déjà fait perdre plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Dagniaux versus Danio : l'offensive d'un glacier de Roubaix contre Danone

Dagniaux parviendra-t-il à faire interdire Danio ? L'entreprise Dagniaux, qui fabrique des crèmes glacées et des sorbets, a lancé une procédure judiciaire contre Danone pour dénoncer l'homonymie entre sa marque et le nom déposé par le groupe agroalimentaire pour son nouveau yaourt.

Début 2014, Danone lance en France Danio, un "en-cas" lacté hyperprotéiné, pour tenter de reproduire l’immense succès des yaourts dits "grecs" aux Etats-Unis. Dans sa PME d'un quartier industriel de Roubaix (Nord), Sébastien Van de Velde voit rouge. Son entreprise, Dagniaux, fabrique des glaces et sorbets depuis 1923.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

action en justice pour contrefaçon

L'homonymie de sa marque et du yaourt de Danone lui aurait déjà fait perdre une commande importante : "On s’est fait déréférencer pour les produits de Noël. Ça représente 137 000 bûches en moins", a-t-il déploré à La Voix du Nord.

"De nombreux acheteurs, qui voulaient continuer avec moi, m'ont incité à changer de marque", a-t-il également assuré à l'AFP. "J'ai repris cette marque qui était en difficulté il y a deux ans, on l'a redressée, et du jour au lendemain on se la fait piquer".

Le groupe Danone a opposé une fin de non-recevoir à sa demande de retrait du nom "Danio". Sébastien Van de Velde a donc décidé de poursuivre son action en justice pour contrefaçon.

Selon ses calculs, la "concurrence déloyale" due à l'homonymie des deux marques lui aurait déjà fait perdre 15 % de son chiffre d'affaires prévisionnel pour 2014, soit un peu plus d'un million d'euros.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS