Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

"D’ici un mois, nous communiquerons pleinement sur la réindustrialisation d’Aulnay"

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Entretien Denis Martin, directeur industriel de PSA, mène de front les négociations avec GM et les projets de réindustrialisation à Rennes (Ille-et-Vilaine) et Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Lors du Mondial de l'automobile, il est revenu sur ces sujets pour L'Usine Nouvelle.

D’ici un mois, nous communiquerons pleinement sur la réindustrialisation d’Aulnay

L’Usine Nouvelle - Arnaud Montebourg a annoncé l’élargissement du dispositif de chômage partiel. Est-ce une bonne chose ?
Denis Martin -
Le groupe PSA a été le premier groupe à signer un accord pour mettre en place pendant la période de chômage des dispositions d’accompagnement pour la formation. En raison des problèmes de surcapacités, nous avons des périodes relativement longues où nos équipes peuvent se trouver en période de chômage. Le but est d’utiliser ces périodes intelligemment pour que les personnes puissent progresser encore. Si ces dispositifs sont renforcés, c’est une excellente décision car elle accompagne l’employabilité du personnel.

Le rapport Gallois doit rendre ses conclusions sur la compétitivité. Quelles mesures aimeriez-vous voir prises ?
C’est au gouvernement de prendre les mesures qu’il souhaite, la notion de coût du travail est passée dans le domaine politique. On va dans le bon sens. Chez PSA, nous avons pris des mesures du côté industriel. C’est de notre responsabilité. Les améliorations conduites dans les usines peuvent mener à de grand bond, notamment grâce aux soudures laser, des process liés au collage ou des dispositifs de clipage. Ce sont des marges progressives, nous le faisons progressivement à chaque renouvellement de modèles. Le progrès est aussi généré par l’observation et l’implication des équipes. Nous sommes sur la bonne voie mais le but est d’aller plus loin, d’étendre cette démarche sur l’ensemble de notre chaine de valeur, des fournisseurs aux usines.

L’accord signé à Sevelnord est une autre forme de compétitivité. La démarche peut-elle être généralisée sur tous les sites ?
Cet accord résulte d’un contexte particulier. Ce que nous y avons fait est exemplaire, car il ressort d’une attitude constructive entre les syndicats, la direction et les pouvoirs publics locaux. Il y a eu un véritable engagement du corps social, particulièrement des organisations syndicales, sans commune mesure. Le site de Sevelnord va être optimisé industriellement. Nos équipes syndicales sont très engagées pour la réussite du groupe.

Vous avez annoncé 750 emplois assurés à Aulnay-sous-Bois. Dans quels secteurs ?
Sur cette réindustrualisation, nous avons 750 emplois en main. Je ne peux pas donner les noms des entreprises. Mais une partie de ses 750 emplois sont liés à des activités de PSA (concessions, recyclage) et pour le reste, en dehors dans d’autres secteurs industriels. Pour les 750 emplois restant, nous avons de nombreux contacts. Vous en saurez plus, beaucoup plus, d’ici un mois, un mois et demi.

Et pour Rennes ?
Nous sommes sur une réindustrialisation correspondant à 400 emplois. Le tissu est différent, les compétences aussi. Il y a de nombreux postes de R&D portant sur le process industriel. Ces compétences sont transférables vers d’autres process industriels, d’autres types d’industries, comme l’agroalimentaire. C’est ce que nous regardons avec l’agglomération Rennes Métropole, le département, la région. Ce que nous avons montré à Sevelnord, que nous montrons à Aulnay, nous faisons la même chose à Rennes.

Vous faites partie du comité de pilotage de l’Alliance avec General Motors. Comment se passent les négociations ?
Nous rendrons comme prévu les conclusions fin octobre. Jamais les équipes n’ont été autant engagées, des deux côtés. Les groupes de travail, avec des membres de PSA, General Motors et General Motors Europe, travaillent dans un état d’esprit très positif, dans un respect réciproque. Nous sommes agréablement surpris. Avec ma casquette d’industriel, je trouve ce processus extrêmement positif.

Propos recueillis par Pauline Ducamp sur le Mondial de l'automobile

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle