D'après Fabrice Brégier, le programme A380 "sera enfin à l'équilibre cette année"

Dans une interview publiée ce dimanche 12 avril par Les Echos, le patron d'Airbus explique que l'avionneur n'envisage pas de renoncer à son très gros porteur A380, même si selon lui son marché ne s'est pas autant développé qu'imaginé par Airbus et que cet avion a "probablement été lancé dix ans trop tôt".

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

D'après Fabrice Brégier, le programme A380

Il n'est pas question pour Airbus de renoncer à son très gros porteur A380, déclare le PDG du groupe aéronautique européen Fabrice Brégier dans une interview publiée ce dimanche 12 avril par le site internet du quotidien économique Les Echos. Son marché ne s'est pas autant développé qu'imaginé par Airbus et cet avion a "probablement été lancé dix ans trop tôt", admet-il.

Mais il assure que le groupe aéronautique n'a pas de souci de plan de charge pour les trois ans à venir et que le programme A380 "sera enfin à l'équilibre cette année". "Il n'est donc nullement question de renoncer à l'A380", poursuit-il. "A nous de faire ce qu'il faut pour redynamiser le marché. Nous avons déjà des solutions pour le rendre plus attractif économiquement, en augmentant le nombre de sièges tout en conservant (son) niveau de confort."

Il reconnaît que la question de l'amélioration des performances de cet appareil, en jouant sur son aérodynamisme et sa motorisation, se posera à plus long terme.

"Mais nous ne le ferons que lorsque les conditions d'un bon 'business plan' seront réunies", ajoute Fabrice Brégier. "Ce n'est pas le cas actuellement et nous n'avons pas l'intention d'investir à fonds perdus."

"Nous avons mis du temps à amener le programme A380 à l'équilibre ; notre objectif est qu'il le reste."

Pour le reste, le PDG d'Airbus juge le groupe "en partie immunisé" contre le ralentissement économique en Europe grâce à la demande mondiale et à la baisse de l'euro.

Il se dit notamment confiant dans la capacité de l'entreprise de tenir ses objectifs de montée en cadence de la production d'A350 : "C'est un challenge mais nous devrions pouvoir livrer une quinzaine d'A350 en 2015, pour monter ensuite jusqu'à dix appareils par mois en 2018."

Airbus va par ailleurs continuer à investir dans l'innovation, même si c'est d'une autre façon que le lancement d'un nouvel avion.

"Le successeur de l'A320 n'arrivera pas avant 2030 parce qu'il nous faudra encore du temps pour mettre au point les technologies de rupture nécessaires", explique-t-il.

D'ici là, les innovations seront plus ciblées, notamment sur les appareils existants, et elles feront notamment appel aux technologies développées par d'autres secteurs ou des petites entreprises, ajoute-t-il.

Il évoque aussi des innovations dans le domaine de la sécurité, notamment la mise au point de "boîtes noires éjectables", qui seront installées sur les A350 et A380 dès qu'elles auront été certifiées par l'Agence européenne de sécurité aérienne.

Avec Reuters (Emmanuel Jarry)

0 Commentaire

D'après Fabrice Brégier, le programme A380 "sera enfin à l'équilibre cette année"

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS