D'après Fabrice Brégier, le programme A380 "sera enfin à l'équilibre cette année"

Dans une interview publiée ce dimanche 12 avril par Les Echos, le patron d'Airbus explique que l'avionneur n'envisage pas de renoncer à son très gros porteur A380, même si selon lui son marché ne s'est pas autant développé qu'imaginé par Airbus et que cet avion a "probablement été lancé dix ans trop tôt".

Partager
D'après Fabrice Brégier, le programme A380

Il n'est pas question pour Airbus de renoncer à son très gros porteur A380, déclare le PDG du groupe aéronautique européen Fabrice Brégier dans une interview publiée ce dimanche 12 avril par le site internet du quotidien économique Les Echos. Son marché ne s'est pas autant développé qu'imaginé par Airbus et cet avion a "probablement été lancé dix ans trop tôt", admet-il.

Mais il assure que le groupe aéronautique n'a pas de souci de plan de charge pour les trois ans à venir et que le programme A380 "sera enfin à l'équilibre cette année". "Il n'est donc nullement question de renoncer à l'A380", poursuit-il. "A nous de faire ce qu'il faut pour redynamiser le marché. Nous avons déjà des solutions pour le rendre plus attractif économiquement, en augmentant le nombre de sièges tout en conservant (son) niveau de confort."

Il reconnaît que la question de l'amélioration des performances de cet appareil, en jouant sur son aérodynamisme et sa motorisation, se posera à plus long terme.

"Mais nous ne le ferons que lorsque les conditions d'un bon 'business plan' seront réunies", ajoute Fabrice Brégier. "Ce n'est pas le cas actuellement et nous n'avons pas l'intention d'investir à fonds perdus."

"Nous avons mis du temps à amener le programme A380 à l'équilibre ; notre objectif est qu'il le reste."

Pour le reste, le PDG d'Airbus juge le groupe "en partie immunisé" contre le ralentissement économique en Europe grâce à la demande mondiale et à la baisse de l'euro.

Il se dit notamment confiant dans la capacité de l'entreprise de tenir ses objectifs de montée en cadence de la production d'A350 : "C'est un challenge mais nous devrions pouvoir livrer une quinzaine d'A350 en 2015, pour monter ensuite jusqu'à dix appareils par mois en 2018."

Airbus va par ailleurs continuer à investir dans l'innovation, même si c'est d'une autre façon que le lancement d'un nouvel avion.

"Le successeur de l'A320 n'arrivera pas avant 2030 parce qu'il nous faudra encore du temps pour mettre au point les technologies de rupture nécessaires", explique-t-il.

D'ici là, les innovations seront plus ciblées, notamment sur les appareils existants, et elles feront notamment appel aux technologies développées par d'autres secteurs ou des petites entreprises, ajoute-t-il.

Il évoque aussi des innovations dans le domaine de la sécurité, notamment la mise au point de "boîtes noires éjectables", qui seront installées sur les A350 et A380 dès qu'elles auront été certifiées par l'Agence européenne de sécurité aérienne.

Avec Reuters (Emmanuel Jarry)

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur d'études vidéo procédé et réseaux industriels F/H

ORANO - 19/01/2023 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

13 - Meyreuil

Aménagement de la Bastide Ballon

DATE DE REPONSE 13/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS