Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Cyclisme : découvrez la carte du Tour de France des industriels

,

Publié le

Infographie - Qui sont les industriels français du vélo ? Fabricants de pneus, assemblage, fabrication de systèmes d'éclairages... Découvrez étapes par étapes, les champions français du cycle. 

Infographie L'Usine Nouvelle 

 

Quelle place pour l'industrie du vélo ? 

 

 

 

 

Et parmi ces industriels : quatre start-up françaises du deux-roues connecté

 

  • Smoove : Il connecte les vélos en libre-service
    Fondateurs : Laurent et Denis Mercat
    Création : 2008

Consultant en mobilité durable, Laurent Mercat a fondé Smoove en 2008, autour d’un système breveté de verrouillage des vélos. La société propose des vélos en libre-service pour les collectivités locales. Elle a équipé une vingtaine de villes (Moscou, Astana, Montpellier, Clermont-Ferrand…) dans dix pays, avec 460 stations et 8 500 vélos. Smoove, qui emploie une quinzaine de personnes, a été sélectionné pour Vivapolis, une initiative du ministère du Développement durable mettant en valeur les savoir-faire français en matière de ville durable. La PME, qui réalise 6,6 millions d’euros de chiffre d’affaires, s’est associée à PTC pour s’équiper d’une plate-forme logicielle adaptée à l’internet des objets. Baptisée Smoove Box, elle permet de connecter les vélos et de gérer à distance une flotte. Cela limite les équipements annexes, notamment le mobilier urbain, et par conséquent les coûts.

 

  • La compagnie des mobilités : Géovélo, mappy du vélo
    Fondateur : Gaël Sauvanet
    Création : 2011

Quand on dit à Gaël Sauvanet qu’il a inventé le Mappy du vélo, il ne se vexe pas. Au contraire. « Mappy nous a demandé de travailler à l’intégration des itinéraires vélos sur son site », confie-t-il. Porté par une association et le laboratoire d’informatique de l’université de Tours, La Compagnie des Mobilités (six personnes) a développé Géovélo. Ce service calcule des itinéraires pour les vélos selon la distance, les efforts, la sécurité…, guide les utilisateurs sur le meilleur chemin à prendre, localise les bornes de vélos en libre-service… L’application existe pour Paris, Tours, Lyon, Rennes, Nantes, Caën, Toulouse. « Nous travaillons à partir d’Openstreetmap et des bases de données ouvertes, la meilleure solution pour ce type de projet. Nous organisons aussi avec des associations des mapping parties : pendant trois ou quatre jours, les adhérents recueillent des infos que nous intégrons ensuite. »

 

  • Connected Cycle La pédale connectée
    Fondateurs : Christian Kravanja et Jean-Marie Debbasch
    Création : 2013

La pédale connectée développée par Connected Cycle a été remarquée au dernier CES de Las Vegas. « Confrontés au problème de vol de vélo, nous avons eu l’idée de travailler sur la géolocalisation et d’incorporer un GPS sur le vélo, indique Christian Kravanja. Les dispositifs de tracking existent depuis longtemps. Nous avons voulu nous affranchir de la problématique de l’énergie. L’utilisateur n’a pas à charger le dispositif ou à changer une pile. Nous avons breveté un dispositif de récupération d’énergie par le biais du pédalage. Cela évite, sur un vélo à assistance électrique, de puiser sur la batterie. » Testé auprès de loueurs et de gestionnaires de parcs de vélos électriques, le kit (matériel, plate-forme, appli, traqueur d’activité) sera bientôt commercialisé, grâce au succès de la campagne de financement lancée par la start-up sur IndieGogo.

 

  • Nigiloc Il retrouve votre vélo
    Fondateur : Gilbert Wilhelm
    Création : 2013

Connecter les deux-roues, vélos et motos, afin de les retrouver en cas de vol, initier un programme de mesure, de type e-call, et d’assistance quand le vélo ou la moto tombe, telle est la proposition de Nigiloc. « L’idée est de revendre le programme aux assurances en licence et de faire supporter le poids à l’assureur qui l’offrira à ses adhérents », indique Gilbert Wilhelm, son fondateur. Après avoir mené des essais en Aquitaine avec la technologie Sigfox, la start-up a choisi d’adopter le réseau GSM. Le système, présenté aux récentes 24 heures du Mans avec l’assureur April, devrait être testé auprès de gendarmeries et de loueurs de vélos. « Nous avons l’un des plus petits boîtiers au monde et faisons assembler les composants en France », souligne Gilbert Wilhelm. Les premiers exemplaires sont livrés depuis quelques semaines à des réseaux de distributeurs.

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle