Cyberguerre en France, investissement dans les PME, la nouvelle vie de Montebourg… La revue de presse de l'industrie

Des pirates informatiques souvent djihadistes sont nombreux à s'en prendre à des sites web français, la loi Macron va pousser les particuliers à investir dans les PME, les groupes pétroliers sont sous pression à cause de la chute des cours… Retrouvez l'essentiel de l'actualité de ce vendredi 16 janvier dans la revue de presse de L'Usine Nouvelle.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Cyberguerre en France, investissement dans les PME, la nouvelle vie de Montebourg… La revue de presse de l'industrie

Les cyberdjihadistes à l'attaque

Les médias commentent abondamment ce vendredi 16 janvier les multiples piratages dont ont été victime de nombreux sites web français depuis les attentats qui se sont déroulés à Paris et à Montrouge la semaine dernière. 19 000 sites ont été hackés en quatre jours, du jamais vu.

Notre article : Des hackers pro et anti-liberté d'expression s'affrontent après les attentats qui ont touché Charlie Hebdo

Sud-Ouest parle dans sa Une de "guerre du net". "La collaboration actuelle entre acteurs du net et services de police ou de justice a montré ses limites. Une surveillance accrue des réseaux sociaux pourrait avoir un impact limité, la menace s'exprimant surtout sur des sites sur lesquels les enquêteurs n'ont aucune prise", s'inquiète Les Echos.

Mais Libération rassure : "Pour spectaculaire que soit le phénomène, il ne relève pas, en effet, d’une grande technicité. 'La très grande majorité de ces attaques sont des défigurations de sites Internet [par remplacement de leur page d’accueil], explique l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi). Les attaquants profitent de failles dans les systèmes de gestion de contenu [CMS, des logiciels destinés à la conception et à la mise à jour de sites web, comme WordPress] et il est alors très simple de scanner automatiquement les sites pour remplacer leur page d’accueil'".

Pousser les particuliers à investir dans les PME

Les Echos revient sur la loi Macron dans un article de ses articles de Une. Celle-ci qui va renforcer l'incitation à investir dans les PME. "Deux amendements parlementaires assouplissant le dispositif ISF-PME créé par la loi Tepa seront soutenus par l'exécutif. Le délai de détention pour bénéficier de l'avantage fiscal sera ramené de cinq à trois ans pour les particuliers", détaille le quotidien.

Les groupes pétroliers sous pression

"Les groupes pétroliers vont devoir affronter une période de vaches maigres pour compenser la chute du baril", s'inquiète Les Echos, dans un article où il analyse les difficultés que va rencontrer le groupe Total à cause de la baisse des cours du pétrole. "Pour Total, une baisse de 10 dollars par baril équivaut à recul de 2 milliards de dollars sur le cash-flow. BP et Shell ont déjà annoncé des suppressions d'emplois", poursuit le quotidien. Sans parler des groupes de service pétroliers, comme Schlumberger, qui vient d'annoncer la suppression de 9 000 postes.

Mais le pétrole à bas coût n'est pas un grand danger contrairement aux subprimes, tempère le Financial Times : pour le quotidien, il n'y a pas de risque de contagion au reste de l'économie.

Montebourg reconverti en serial entrepreneur ?

Le magazine GQ tire dans son édition de la semaine le portrait de l'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg en entrepreneur. Il a démarré cette reconversion risquée juste après avoir quitté la vie politique et espère devenir "serial entrepreneur". "Un signe de cette nouvelle vie […] qui s’ouvre à lui […] ? Pendant quatre semaines, l’ancien ministre a suivi, à Fontainebleau, dans le 5e meilleur MBA au monde, selon le classement du Financial Times (juste derrière ceux d’Harvard, Stanford ou de la London Business School), une formation de management avancée lui permettant d’aiguiser ses futurs projets", raconte le magazine masculin.

La fin des Google Glass

Les médias américains commentent la fin de la version 1 des Google Glass, qui ne seront plus vendues dès la semaine prochaine, faute de demande. Mais le géant du net n'a pas dit son dernier mot sur ce projet, puisqu'il travaille avec Intel sur une version 2 plus perfectionnée de cet objet connecté. "De nombreuses critiques se sont élevées contre ce produit souvent qualifié de pas très technologique, mais de très 'geek'", souligne CBS dans la vidéo ci-dessous.

Lélia de Matharel

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS