CVRD et Baosteel finalisent leur alliance au Brésil

Le mineur brésilien et le sidérurgiste chinois annoncent officiellement la construction d'une nouvelle aciérie au Brésil.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

CVRD et Baosteel finalisent leur alliance au Brésil

Le numéro un mondial du minerai de fer, Companhia Vale do Rio Doce, et le premier sidérurgiste chinois ont officiellement inauguré leur nouveau joint-venture aujourd'hui, à Vitória, dans l'Etat d'Espírito Santo. Les deux partenaires ont depuis de nombreuses années développé une relation qui devrait se poursuivre dans les prochaines années. Le président de Baosteel, Xu Leijang et celui de CVRD, Roger Agnelli, ainsi ainsi que le gouverneur d'Espírito Santo Paulo Hartung et l'ambassadeur de Chine, Chen Duqing participaient à la cérémonie.

Baosteel détient 80% de la société conjointe, CSV, Companhia Siderúrgica Vitória, CVRD en possédant les 20% restant. Toutefois, le sidérurgiste devrait voir sa part descendre à 60%, des investisseurs chinois ou brésiliens reprenant les 20% laissés libres, a déclaré Jose Carlos Martins, directeur exécutif de la division fer du brésilien. Cette aciérie qui produira des brames destinées à l'exportation aura une capacité annuelle de 5 millions de tonnes. L'investissement total du projet, comprenant l'aciérie proprement dite, une voie ferrée (Litorânea Sul) et le développement des capacités portuaires nécessaires à l'expédition de l'acier produit, recevra un investissement total compris entre 5 et 5,5 milliards de dollars. Le complexe entrera en activité d'ici 3 à 4 ans, un délai dépendant des autorisations environnementales officielles.

CVRD et Baosteel ont refusé de se prononcer sur les hausses probables du minerai de fer qui seront entérinées à la suite des négociations annuelles entre producteurs et consommateurs. « C'est le marché qui décidera », a indiqué Jose Carlos Martins. Nous sommes ici pour inaugurer un projet, pas pour négocier les prix du minerai a pour sa part précisé Xu Leijang, interrogé sur ce sujet brulant.
La croissance de la production d'acier en Chine devrait ralentir dans les prochaines années, notait Xu Leijang, dans son discours inaugural, soulignant qu'une croissance plus modérée était inéluctable après la très forte hausse de ces dernières années. Ne disposant que de minerai de fer de médiocre qualité, la Chine semble entrer dans la voie de l'importation de brames. Une solution plus économique, tant au niveau du coût du transport que des économies d'énergie réalisées. De plus, cette politique répond aux préoccupations environnementales décrétées par les autorités.

Daniel Krajka

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS