Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Crossject sécurise sa production et s’agrandit

, , , ,

Publié le

L’inventeur des injections sans aiguilles, Crossject investit près de 4 millions d’euros pour sécuriser sa production et agrandir son site de Gray (Haute-Saône).

Crossject sécurise sa production et s’agrandit
Crossject est l’inventeur de Zeneo, un dispositif d’injection sans aiguille.
© Crossject

Passé de medtech à laboratoire pharmaceutique après ces deux dernières années de travail, Crossject souhaite maintenant sécuriser sa production. Pour cela, la société cotée sur le marché Euronext Growth Paris depuis 2014 prévoit près de 4 millions d’euros d’investissements dans les 3 à 5 années à venir, dont 2 millions d’euros qui concerneront le site de production de Gray, en Haute-Saône, sur le court terme.

En effet, l’inventeur des injections sans aiguilles vient de faire l’acquisition de nouveaux locaux d’une surface de 1 000 m² qui viendront compléter les 500 m² actuels de son site historique. "Nous allons procéder à une réorganisation de notre site Gray 1 en attendant de faire construire Gray 2 dans les prochaines années", explique Patrick Alexandre, fondateur et président du directoire de Crossject.

Dupliquer certains équipements

Sur Gray, Crossject conserve donc son site historique de 500 m² qui deviendra un atelier de production, avec un four d’une capacité de production de 2 millions de verres par an et une nouvelle machine de contrôle dimensionnel 3D. Le stock sera aussi géré sur ce site qui aura même la capacité d’accueillir un second four. Quant à l’activité pyrotechnique, relative au générateur de gaz et à l’actionneur, elle sera transférée sur le deuxième site de 1 000 m². "Au total, nous prévoyons de créer une centaine de postes supplémentaires dès 2019", confie Patrick Alexandre qui emploie actuellement plus de 70 salariés. Aujourd’hui siège social de l’entreprise, le site dijonnais de quelques 1 800 m², inauguré en avril 2017, reste quant à lui consacré à la R&D, avec une unité de production de préparation des tubes siliconés, stériles et apyrogènes. D’après le président du directoire de Crossject, "l’idée est de dupliquer une partie de nos équipements être beaucoup plus productifs et sécuriser notre supply chain".

Jusqu’à 6 millions d’unités produites

Après plus de 20 ans de R&D et pas moins de 400 brevets délivrés à travers le monde autour de son dispositif d’injection sans aiguille, Crossject enregistre aujourd’hui huit médicaments en portefeuille. Sept sont dédiés à l’urgence dont cinq à l’urgence vitale et un traite une maladie chronique. Selon le médicament embarqué, le dispositif Zeneo peut être utilisé dans les cas d’overdose d’opioïdes ou lors d’un choc allergique ou d’une migraine sévère, mais aussi lorsque survient une crise d’épilepsie, d’asthme sévère ou d’insuffisance surrénalienne aiguë. La polyarthrite rhumatoïde chronique et la paralysie temporaire peuvent aussi être traitées avec ce dispositif. "C’est un petit dispositif mais qui contient plus de 20 composantes et mobilise une centaine de fournisseurs", note Patrick Alexandre qui estime un potentiel de ventes à 1 milliard d’euros. Avec ce nouvel outil de production, la capacité de production de Crossject devrait passer de 500 000 unités par an à près de 6 millions. Alors que les premiers dossiers de demande d’autorisation de mise sur le marché seront déposés à partir de 2020, Crossject espère commencer à commercialisation ses premiers médicaments dès 2021.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle