L'Usine Matières premières

Croître ? C'est simple comme un aluminium "de luxe" signé Constellium

Olivier James , , ,

Publié le

Made in France La crise ? Connais pas ! Les sept entreprises que nous avons repérées ont en commun  de faire mieux que leurs concurrents sur des marchés souvent cahutés par la concurrence. Nous vous proposons de découvir ici la stratégie de croissance de Constellium, le spécialiste français de l'aluminium.

Croître ? C'est simple comme un aluminium de luxe signé Constellium © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Succès retrouvé pour Constellium, bâti sur les restes de Pechiney, qui prouve qu’il y a bien un avenir pour l’industrie de l’aluminium en France. Balloté par des changements d’actionnaires (Rio Tinto, puis le fonds d’investissements Apollo avant son introduction en Bourse), le groupe, dont Bpifrance est devenu l’actionnaire de référence, a fini par sortir peu à peu la tête de l’eau et a généré un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros en 2013. Constelllium voit revenir les bénéfices depuis 2012, après plusieurs années dans le rouge. Sur le premier semestre 2014, ils ont été multipliés par plus de deux, passant de 22 à 58 millions d’euros. L’entreprise a misé sur le développement d’aluminium à forte valeur ajoutée. Son centre de R & D de Voreppe (Isère) conçoit les produits qui séduisent les marchés porteurs de l’aéronautique et de l’automobile haut de gamme. « Les prochaines innovations pourraient conduire à l’impression 3 D et à l’aluminium multiphases, ouvrant la voie à de nouvelles performances », précise Simon Laddychuk, le vice-président recherche et technologie de Constellium. La liste des clients se renforce de noms prestigieux comme Airbus, Boeing, Dassault Aviation, Audi, Opel ou encore PSA. De son côté, le secteur de l’aluminium primaire connaît des heures difficiles, comme en atteste la fermeture évitée de justesse de l’usine de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), reprise par l’allemand Trimet. Preuve d’une vitalité retrouvée : Constellium construit deux fonderies à Issoire (Puy-de-Dôme), qui entreront en service en 2015 et 2016. Elles produiront l’Airware, un alliage d’aluminium et de lithium, pour les besoins des constructeurs d’avions. Cette réussite provient aussi de la mise au point d’un ambitieux système de recyclage. Constellium augmente également ses capacités de production de tôles pour les constructeurs automobiles sur son site de Biesheim, près de Neuf-Brisach (Haut-Rhin). Il faut dire que les constructeurs voient dans l’aluminium une alternative à l’acier, trop lourd, permettant de diminuer les émissions de CO2 des voitures. En France et en Allemagne, le groupe investit au total 200 millions d’euros pour ce seul secteur. Dans l’emballage, Constellium trouve encore des relais de croissance : il vient d’acheter pour 1,4 milliard de dollars l’américain Wise Metals, spécialiste du laminage sur le marché des canettes. Les débouchés concerneront aussi l’automobile, tant la demande aux États-Unis explose. OLIVIER JAMES

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte