Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Croc’Frais automatise le conditionnement d’olives

, , ,

Publié le

Le groupe indépendant Olives and Co a investi 3 millions d’euros dans l’automatisation de deux lignes de production pour sa filiale Croc'Frais basée à Mignières, près de Chartres (Eure-et-Loir). Il augmente ses capacités d’au moins 30 %.

Croc’Frais automatise le conditionnement d’olives © Croc'Frais

Le moment de convivialité préféré des Français réchauffe le cœur de Croc’Frais, la filiale de conditionnement de barquettes d’olives du groupe Olives and Co. 3 millions d’euros viennent d’être investis dans l’automatisation de la préparation des recettes et du conditionnement sur le site de Mignières, près de Chartres (Eure-et-Loir). Un nouveau stockage, incluant un process de dessalage, sera opérationnel la semaine prochaine.

"Tous les transferts d’olives sont désormais automatisés. Notamment au début de la ligne. Nous recevons des fûts de 150 à 170 kilos d’olives que nos opérateurs manipulaient avec des chariots élévateurs. Désormais un système automatisé s’en charge, ce qui diminue fortement la pénibilité", indique Stéphane Varlet, directeur de l’usine.

Cap sur l’export

L’investissement inclut également une troisième encartonneuse avec deux robots. Globalement, deux lignes à haute cadence sont désormais opérationnelles, ce qui augmentera la capacité de l’usine de 30 à 35 %, espèrent les dirigeants, qui se sont inspirés des pratiques de leurs fournisseurs d’olives Caprel et Framaco.

Croc’Frais peut ainsi satisfaire l’appétit de la grande distribution en France, et envisage de partir à l’export. "Nous partons d’une feuille blanche. Notre stratégie à l’international est en cours d’élaboration. Sa mise en œuvre se fera sur 2018", indique Serge Durand, dirigeant de cette PME de 130 salariés, dont 45 à Mignières.

Olives and Co possède deux autres usines, à Frontignan (Hérault) pour les préparations à tartiner, type tapenade, et une à Nîmes (Gard) pour les soupes. Son chiffre d’affaires 2016 a atteint 40 millions d’euros.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle